Bricolage Chauffage

Comment bien choisir son poêle à bois ?

17/10/2016
poele a bois

Les magazines de déco en sont les premiers témoins : le poêle à bois a incontestablement le vent en poupe. Si l’effet de mode est certains, tant les fabricants ont innové et proposé des looks ultramodernes et contemporains, cet engouement trouve également son origine dans des motivations plus objectives. Entre la hausse du prix de l’énergie et la possibilité de s’équiper en profitant d’aides publiques liées aux énergies renouvelables, la balance penche aujourd’hui plus naturellement qu’autrefois en faveur du poêle à bois. Qui plus est, les performances des modèles actuels se sont considérablement améliorées en quelques années à peine. Pour autant, l’utilisation d’un poêle à bois ne s’improvise pas. Quelques règles s’imposent pour sélectionner le modèle qui répondra le mieux à vos besoins. Rue du Commerce vous donne des indications pour y voir plus clair afin de vous chauffer au poêle à bois, en mode éco-responsable.

Les caractéristiques

Quand on n’a pas de cheminée, se chauffer au bois est tout de même permis, avec le poêle à bois. Bonne nouvelle : s’il est esthétiquement séduisant, le poêle à bois présente également des performances très honorables. Que l’on souhaite recourir au poêle à bois pour un chauffage principal ou d’appoint, il est possible de trouver des modèles très compétitifs par rapport aux autres systèmes de chauffage, et dans une gamme de prix assez large. Cependant, le poêle à bois reste un équipement qui doit absolument être adapté à l’usage auquel il est destiné. Autrement dit, mieux vaut bien se renseigner avant de faire son choix, faute de quoi vous risquez de vous retrouver avec un modèle trop ou pas assez puissant par rapport à la taille de votre salon. Résultat : une pièce trop chaude, ou trop froide, et au final, un achat décevant… Pour éviter cela, une seule solution, s’informer sur les critères importants pour jeter son dévolu sur le poêle à bois idéal, tout en se faisant plaisir.

poêle-à-bois

Chauffage principal ou chauffage d’appoint ?

 

Une des premières distinctions à établir avant d’acheter un poêle à bois relève du type de chauffage désiré : pour un chauffage complet du logement, les poêles à granulés ont une longueur d’avance. Pratiques, faciles d’utilisation et très performants, ils sont également programmables. Un véritable atout pour gérer au degré près la température du logement, jour et nuit. Le poêle de masse, qui marche à plein régime puis diffuse ensuite en continu la chaleur, jusqu’à 24 heures durant, est aussi une bonne alternative pour un chauffage principal, mais pour une répartition homogène de la chaleur, il doit être installé au centre de la maison. Un choix qui ne se fait pas à la légère, et qui intervient le plus souvent lors de la construction ou de la réhabilitation du logement. Pour un chauffage d’appoint, les poêles à bûches apportent un vrai confort, avec une touche chaleureuse et appréciable lors des longues soirées d’hiver…

 

Le rendement

Le rendement d’un poêle à bois correspond au rapport entre l’énergie produite et l’énergie consommée. Pour faire simple, un rendement élevé signifie qu’il y a peu de perte d’énergie. Attention cependant, les rendements affichés par les fabricants sont issus de tests dans des conditions d’utilisation optimales. Acheter un poêle à bois qui offre un rendement de 80 % ne garantit pas un bon rendement à l’usage. Si ce rendement est élevé, et donc plutôt gage d’efficacité, encore faut-il savoir que pour atteindre effectivement ce très bon rendement, il convient de faire fonctionner un poêle avec un petit foyer au maximum de ses capacités, assurant une combustion optimale du bois, plutôt qu’un poêle à grand foyer fonctionnant au ralenti, ce qui implique une forte consommation de bois et un encrassement fréquent.

Rendement moyen des poêles à bois :

  • 40 à 85 % pour les poêles à bûches
  • 60 à 70 % pour les poêles turbo et à postcombustion
  • 70 à 85 % pour les poêles de masse
  • Plus de 80 % pour les poêles à granulés

poêle-à-bois

Poêle à bois et crédit d’impôt

Les pouvoirs publics ont mis en place des aides destinées aux particuliers qui souhaitent s’équiper de poêles à bois. Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) concerne tous les travaux de rénovation énergétique et s’applique aux particuliers à hauteur de 30 % du montant des travaux. Pour les poêles à bois en particulier, il doit concerner votre résidence principale, dont la construction doit être achevée depuis au moins deux ans. De plus, pour être éligible au crédit d’impôt, le rendement minimal du poêle doit être de 70 %.

À noter : pour bénéficier de cette aide qui s’applique au prix du poêle et non pas au coût d’installation, l’achat et l’installation du poêle doivent passer par une entreprise qualifiée RGE. Gare aux mauvaises surprises si, en voulant faire des économies, vous installez votre poêle tout seul : le crédit d’impôt vous sera refusé.

Également utiles, l’éco-prêt à taux zéro, accessible sous condition de ressources, ainsi que la Prime énergie, allégeant la facture du poêle à bois de plusieurs centaines d’euros.

 

La puissance 

 

Pour choisir le poêle à bois dont la puissance correspond à la pièce que vous souhaitez chauffer, munissez-vous d’une calculette. En vous basant sur une puissance d’environ 0,1 kW/m² pour un logement avec une hauteur sous plafond de 2,5 mètres, ce qui est le plus courant, vous êtes à peu près certain de ne pas vous tromper. Exemple : un poêle de 7 kW permet de chauffer une pièce de 70 m².

Il faut également prendre en compte l’isolation de votre logement.

Pour un logement correctement isolé, compter environ 120/130 k/m2. Pour un logement très bien isolé, compter 70/80 Kw/M2.

La puissance du poêle à bois est véritablement cruciale lors de l’achat. Un poêle surpuissant par rapport à la taille de votre salon va conduire à une pièce surchauffée et à des écarts de température très importants avec le reste du logement. Le risque est alors de faire fonctionner le poêle au ralenti pour retrouver un semblant de confort, et donc de perdre sensiblement en rendement.

L’astuce Rue du Commerce : Pour gagner du temps au moment de vous équiper, calculez à l’avance la puissance dont vous avez besoin, et limitez votre recherche exclusivement aux poêles correspondants.

poêle-à-bois

Les types de diffusion de chaleur

 

Il existe plusieurs systèmes de diffusion de chaleur.

  • Le poêle à convection produit de l’air chaud grâce à la combustion du bois, et le diffuse ensuite dans la pièce. Son point fort : il chauffe très rapidement.
  • Le poêle à rayonnement produit un chauffage dit basse température. La combustion du bois permet de chauffer des masses, par exemple le poêle lui-même, et ces masses restituent ensuite la chaleur à la pièce. Son point fort : le chauffage est plus homogène et durable.

Quel bois utiliser

Quelle que soit l’essence de bois choisie, la condition la plus importante pour une bonne combustion est que le bois soit bien sec. À l’œil nu ne doivent apparaître ni moisissures ni champignons. Si vous souhaitez faire sécher votre propre bois, surtout ne le stockez pas sous une bâche, car avec la condensation, les bûches ne pourront pas sécher correctement. Mieux vaut privilégier une zone de stockage bien ventilée, où vous pourrez laisser sécher votre bois une à deux années.

Concernant les essences, l’idéal est d’utiliser du chêne, de l’orme, du noyer, du hêtre ou encore du charme, et d’éviter les résineux qui, en brûlant, encrassent les conduits.

Les matériaux

La plupart des poêles à bois sont en fonte ou en acier. Le principal avantage de la fonte par rapport à l’acier est son inertie thermique : elle maintient la chaleur plus longtemps. S’il y a encore quelques années, ces poêles n’offraient pas un rendement exceptionnel, ils se sont largement améliorés et peuvent aujourd’hui atteindre plus de 80 % pour certains.

Les modèles les plus classiques fonctionnent par convection : l’air y est chauffé pour être ensuite diffusé dans la pièce. Les fabricants proposent également des modèles plus perfectionnés, munis d’une seconde chambre de combustion qui brûle les gaz qui partaient avant dans le conduit d’évacuation. Grâce à cette seconde combustion, la consommation de bois est réduite.

poêle-à-bois

Comment l’installer

 

Principale condition à l’installation d’un poêle à bois : il doit être raccordé à un tuyau d’évacuation donnant sur l’extérieur du logement. Il est possible de profiter d’un conduit de cheminée existant ou de faire percer ce conduit par des professionnels. Ensuite, pour un chauffage d’appoint, il n’est pas indispensable que le poêle occupe une place centrale dans le logement. Selon la configuration des lieux, de nombreux aménagements sont envisageables, les critères esthétiques ayant ici toute leur place.

L’astuce Rue du Commerce : Si vous souhaitez installer un poêle à bois dans votre appartement, avant de comparer les modèles, demandez l’autorisation à la copropriété, en ayant fait vérifier en amont l’état des conduits de cheminée. Vous gagnerez du temps.

L’entretien du poêle à bois

L’entretien du poêle à bois présente un intérêt évident : qu’il soit propre et reste donc agréable à regarder, d’autant qu’il fait partie intégrante de la décoration intérieure du logement, au même titre que l’ameublement ou les objets de déco. Mais cet entretien régulier est aussi utile pour assurer une bonne combustion du bois et réduire les risques d’incendie.

Les gestes essentiels sont assez simples. Il s’agit d’enlever régulièrement la suie des parois du poêle à l’aide d’une petite balayette. Vous devez ensuite nettoyer la vitre, en vous servant par exemple de papier journal humide recouvert de la cendre qui se trouve au fond du poêle, très bon nettoyant naturel. Il faut en parallèle vider partiellement les cendres du poêle, car l’excès de cendres empêche la bonne circulation de l’air dans l’équipement.

Enfin, tout comme une cheminée, le conduit du poêle à bois doit être ramoné par sécurité. Nous vous conseillons un ramonage deux fois par an annuel pour réduire les risques d’incendie. On vous préconise un ramonage avant la période d’utilisation et pendant la période d’utilisation, soit l’été et au cours de l’hiver.

Notre page dédiée de Poêles à bois

    Ecrire un commentaire