Appareils Photo

Comment réussir une photo avec un flash ?

07/08/2014
flash

Les règles de base de la photo au flash

 

L’utilisation d’un flash n’est pas toujours facile pour un photographe débutant. Dans la plupart des cas, les premiers essais se soldent souvent par une lumière trop forte ou trop faible pour éclairer correctement un sujet. Les appareils photo numériques permettent pourtant de paramétrer automatiquement la puissance du flash en fonction de la distance du sujet et de la luminosité ambiante. Hélas, cet automatisme peut produire des ratés ! Il suffit pour y remédier de basculer en mode manuel ou semi-manuel. Dans le cas d’une photo trop éclairée, diminuez l’ouverture ou le temps de pose. Dans le cas d’une photo trop sombre, augmentez l’une de ces deux données. Vous pouvez également intervenir directement sur la puissance du flash via le menu de l’appareil (pour les flashes intégrés) ou via le menu du flash (pour les flashes externes).

Quelle synchronisation pour quel type de photo ?

 

Les reflex sont les appareils autorisant le plus de réglages possible pour réussir une photo au flash. Parmi ceux-ci, la synchronisation joue un rôle crucial. À quoi correspond-elle ? Les reflex utilisent deux rideaux fins permettant de laisser passer la lumière à travers l’obturateur puis de la bloquer. Il est possible de paramétrer le déclenchement du flash afin que celui-ci éclaire le sujet à l’ouverture du premier rideau (synchronisation au premier rideau) ou à la fermeture du second (synchronisation au second rideau). La synchronisation au premier rideau est le mode par défaut de tous les reflex. Il émet un flash rapide idéal pour la plupart des prises de vues. Lorsque le sujet est en mouvement et que le photographe fait le choix d’une vitesse d’exposition lente, il faut en revanche se rabattre vers la synchronisation au second rideau. Elle permettra de conserver l’impression de mouvement du sujet plutôt que de le figer dans un éclair blanc ! Certains reflex proposent également une synchronisation haute vitesse. Elle permet de ne pas masquer l’effet du flash par la fermeture du second rideau lorsque le temps de pose est inférieur à 1/250e de seconde.

 

Flash intégré ou flash externe ?

Le flash intégré constitue une bonne base pour appréhender la photo. S’il est relativement efficace pour pallier les effets d’un contre-jour, il s’avère souvent insuffisant pour éclairer correctement un sujet dans de faibles conditions de luminosité. Pourquoi ? Simplement parce qu’il se limite à un éclairage frontal parfois dur et produisant des ombres disgracieuses sur les portraits ! Seul un flash externe offre au photographe la possibilité de maîtriser pleinement sa lumière. Sa tête pivotante permet un éclairage orienté (vers le haut, le bas, la gauche et la droite). En outre, la plupart des modèles proposés par les fabricants sont désormais faciles à déclencher à distance pour n’éclairer que l’arrière-plan ou pour une lumière déportée !

 

    Ecrire un commentaire