HiFi

Test enceinte Sony SRS-BTS50 : la nomade wifi à petit prix

23/04/2014
test-enceinte-sony-srs-bts50-1-e1398239444929

Les petites enceintes audio nomades ont le vent en poupe. À tel point que même les grands industriels comme Sony qui ont d’abord dédaigné ce marché finissent par y venir. La SRS-BTS50 que nous testons ici est donc la toute première enceinte sans fil du fabricant japonais.

Loin de vouloir boxer dans la même catégorie que les ténors du genre que sont les Jabra Solemate, Bose Soundlink Mini ou Jawbone, la SRS-BTS50 est proposée à prix plus doux. Pour des performances logiquement moindres.

Test enceinte Sony : un look charmeur

D’emblée, la petite enceinte de Sony séduit par sa compacité, sa qualité de fabrication et son design réussi. Certes, son look n’a rien de novateur, mais l’ensemble dégage une belle impression de robustesse.

rdc-test-sony-srs-bts50-3

Le revêtement d’une partie de l’accessoire étant du tissu, nous aurions aimé que Sony fournisse une housse de transport afin de la protéger. En effet, avec son gabarit, la SRS-BTS50 n’encombrera personne, car elle se niche sans problème dans un sac.

rdc-test-sony-srs-bts50-7

On apprécie également les différents coloris dans lesquels elle est proposée.

test-enceinte-sony-srs_bts50_main

Enfin, la norme IPX2 garantit la résistance aux éclaboussures.

Des touches de partout

Côté ergonomie, l’enceinte se montre relativement efficace. Elle est compatible NFC, de sorte qu’il suffit de la toucher avec un smartphone ou une tablette compatible pour les appairer sans autre forme de procès.

Quant aux boutons les plus utiles – pour augmenter et baisser le volume et pour décrocher/raccrocher –, ils se trouvent côte à côte sur l’un des flancs.

rdc-test-sony-srs-bts50-4

Plus surprenant, Sony a préféré placer sur le côté opposé les touches pour appairer l’appareil et celui de l’indicateur vocal du niveau de la batterie.

rdc-test-sony-srs-bts50-5

Si l’utilisateur n’est pas amené à recommencer l’opération d’appairage de son smartphone ou sa tablette tous les jours avec l’enceinte, il peut être amené à vérifier le niveau de la batterie un peu plus souvent. C’est la raison pour laquelle la disposition des touches ne semble pas parfaite. Bien que cela ne pose pas vraiment de problème insurmontable à l’usage. Il s’agit juste d’une habitude à prendre.

Chargeur propriétaire

Sony a opté pour un chargeur propriétaire au lieu de se rallier au format microUSB comme plusieurs de ses concurrents, et surtout comme la plupart des smartphones (hors iPhone/iPad). Du coup, l’utilisateur doit impérativement emporter avec lui le chargeur s’il pense ne pas avoir assez de charge pour la journée.

rdc-test-sony-srs-bts50-2

Néanmoins, ce défaut se trouve grandement atténué par la très bonne autonomie de la SRS-BTS50. Sony n’a pas menti sur la boite de l’enceinte ; elle est vraiment capable de lire 10 heures de musique avant de flancher.

Rendu sonore

Enfin, terminons avec ce qui reste le plus important pour un tel accessoire : le rendu audio. De ce côté-là, la dernière-née de Sony ne fait pas de miracle vu son tarif. Elle propose un son globalement plutôt propre… mais qui montre vite ses limites avec des basses peu présentes et des aiguës qui passent parfois mal. Le résultat est donc « écoutable », mais n’a rien d’exceptionnel.

Ce qui n’empêche pas la Sony SRS-BTS50 d’être l’une des meilleures enceintes en termes de rendu audio lorsque l’on regarde dans cette gamme de prix.

test-enceinte-sonyEnceinte wifi Sony SRS-BTS50, sur Rue du Commerce

 

    Ecrire un commentaire