Composants Informatique

Comment bien choisir de la mémoire vive ?

04/10/2016
couv

Pour booster un ordinateur un peu faiblard en puissance, ou bien exploiter au maximum de leur potentiel graphique les jeux les plus exigeants du moment, augmenter la quantité de mémoire vive, autrement appelée RAM pour Random Access Memory est à privilégier. Rue du commerce vous aide à y voir plus clair sur les aspects techniques d’une barrette de mémoire à prendre en compte avant de faire votre choix.

mémoire-vive-ram

Choisir une barrette de mémoire vive pour…

Redonner des ailes à un ordinateur vieillissant

Ça « patine », « ça rame »,… les expressions signifiant qu’un ordinateur semble à bout de souffle sont très imagées et reflètent bien le souci. Le simple fait d’ajouter de la mémoire vive va souvent redonner des ailes à un ordinateur souffreteux. Après avoir vérifié le nombre de logements disponibles sur la carte mère, leur format et le type de mémoire supportée par celle-ci (DDR, DDR2, DDR3 et 4), il est possible de faire un premier choix. Ensuite tout va dépendre du système d’exploitation pour choisir la capacité de cette mémoire vive. Elle sera bridée à 2 Go par barrette avec un OS 32 bits, c’est-à-dire après Mac OS System pour les Mac. Pour les PC, les versions 32 et 64 bits de Windows existent depuis longtemps, mais ces dernières n’ont été vraiment répandues qu’à partir de Windows 7. La quantité de mémoire pourra évoluer au-delà de 4 Go par barrette avec un OS 64 bits. Il faudra aussi savoir quelle est la fréquence maximale gérée par la carte-mère pour ne pas y insérer une barrette de mémoire trop rapide, ce qui risquerait de rendre instable l’ordinateur. De même, une barrette plus lente fonctionnera de façon bridée, mais risque également de causer des dysfonctionnements, surtout si on la mélange avec d’autres, dont les caractéristiques diffèrent.

Muscler un ordinateur portable utilisé pour la bureautique

Le format So-Dimm s’impose. Tout va dépendre ensuite de l’âge du portable pour savoir s’il peut accueillir de la DDR2, 3 ou 4. La capacité va dépendre du nombre de supports de mémoire. En général, sur les portables ils sont limités à deux dans le meilleur des cas. Si c’est le cas, la meilleure solution pour gagner en performances est d’opter pour deux barrettes aux caractéristiques strictement identiques. Par exemple, il sera possible d’atteindre 4 Go avec 2 barrettes de 2 Go. Etant donné les tarifs de ce type de mémoire, autant miser gros en choisissant deux barrettes de 4 Go, ou une seule de 8 Go s’il n’y a qu’un logement. Disposer de plus de 8 Go pour la bureautique n’apportera pas grand-chose.

 

Jouer

mémoire-vive

Choisir une mémoire vive rapide et d’une capacité conséquente est un passage obligatoire pour les adeptes de jeux vidéo. Il ne faut pas lésiner sur la quantité de mémoire. 8 Go est un minimum. De préférence, ces 8 Go peuvent être répartis sur deux barrettes de 4 Go chacune avec des caractéristiques similaires. Avec de plus en plus de jeux issus de l’univers des consoles et très gourmands en puissance, gonfler la mémoire à 16 Go voire plus est même préférable. Les plus pointilleux sur les performances se tourneront vers des modèles dotés de fréquences élevées avec des timings planchers. Si l’on souhaite effectuer de l’overclocking sur la mémoire, c’est à dire en augmenter la fréquence, c’est possible, mais il faudra choisir un modèle doté d’un système de dissipation thermique pour pouvoir augmenter la tension sans trop de chauffe.

Autopsie d’une barrette de mémoire vive

Le format

Il s’agit du format matériel de la barrette. Elle se compose de plusieurs puces soudées sur une carte électronique rectangulaire. Selon la génération, le nombre de connecteurs dorés est plus ou moins conséquent. Ils sont de 240 pour la DDR3 et de 288 pour la DDR4. Les modèles les plus performants et dédiés aux jeux, ou aux stations de travail puissantes, disposent de systèmes de dissipation thermiques pour éviter que les puces surchauffent.

Dimm

Pour les ordinateurs de bureau, la barrette mesure 133,35 mm de longueur et 30 mm de hauteur. Elle s’enfiche et se verrouille dans un support de mémoire compatible de la carte mère. Selon le type de mémoire (DDR, DDR2, 3 ou 4), un détrompeur est placé à différents endroits au niveau des connecteurs dorés se trouvant sur la longueur de la barrette. Pour le coup, les différents standards de mémoire ne sont pas compatibles physiquement entre eux. Il faudra donc faire très attention au type de mémoire qu’est capable d’accueillir la carte mère. Attention, certains ordinateurs de bureau utilisent des barrettes So-Dimm.

So-Dimm

Les ordinateurs portables disposent de barrettes de mémoire avec un format plus compact en longueur (67,6 mm x 30 mm). Comme pour la Dimm, des détrompeurs sont placés sur le support de mémoire de la carte mère et empêchent de connecter une barrette incompatible.

Alors que les barrettes Simm s’enfichent perpendiculairement à la carte mère, les So-Dimm, s’y insèrent à plat, sur leur support.

 

Le standard (DDR2, DDR3,…)

Comme pour les processeurs, les connecteurs de disque dur et l’USB, plusieurs générations de technologies de mémoire vive se sont succédées. L’un des premiers formats étant devenu un standard avant les années 2000, fut la SDRAM. Elle a été remplacée ensuite par la DDR-SDRAM (Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access Memory), qui permettait de transférer deux fois plus de données sur le même temps. A partir de 2005, la DDR2 s’est imposée avec une fréquence de fonctionnement plus élevée. Aujourd’hui, la DDR2 est en voie de disparition, sauf, bien entendu si l’on souhaite ressusciter un vieil ordinateur.

Aujourd’hui, le format le plus répandu est toujours la DDR3. Ce standard permet de réduire considérablement la consommation électrique de la mémoire (-40% par rapport à la DDR).

La DDR4 est disponible depuis 2015 et ne peut fonctionner que sur les ordinateurs les plus récents dotés d’un chipset X99 et d’un processeur Intel datant au moins de la génération Haswell-EP. Autrement dit, ce type de mémoire vive est à réserver aux ordinateurs les plus récents et les plus véloces.

mémoire-vive

La quantité de mémoire (2, 4, 8 Go)

La quantité de mémoire va d’abord dépendre de ce que peut gérer le système d’exploitation de l’ordinateur.

A priori, les modèles récents fonctionnent tous en 64 bits et peuvent donc gérer plus de 2 Go par barrette de mémoire. Le strict minimum préconisé est de 4 Go par barrette, pour pouvoir exploiter un ordinateur sans qu’il peine. Mais il faut retenir que lorsque Windows 10 ou OS X se chargent dans cette mémoire vive, ils occupent déjà plus d’1 Go de la Ram. Ensuite les applications ouvertes viennent amenuiser cette mémoire. Lorsqu’elle n’est plus suffisante, le système d’exploitation va alors générer de la mémoire vive virtuelle sur le disque dur qui, pour le coup, est beaucoup plus lent. C’est à partir de ce moment que l’expression « ça rame » intervient. C’est pourquoi disposer de 8 Go de mémoire vive permet de garder une bonne marge de manœuvre si l’on souhaite sortir du domaine de la bureautique pure et se lancer ponctuellement dans les jeux vidéo, ou encore monter des séquences vidéo.

Pour les joueurs, 8 Go est le minimum. Si la carte mère le permet mieux vaut opter pour deux barrettes dotées de 8 Go, qui seront plus rapides qu’une seule de 16 Go. Pour le joueur, la capacité ne sera pas le seul critère déterminant. Il misera également, si la carte mère et le processeur le permettent, sur une fréquence élevée associée à des timings les plus bas possibles. Attention, car avant d’opter pour une quantité importante de mémoire vive, il faut vérifier quel est le maximum pouvant être géré par la carte mère.

 

La fréquence

Plus sa fréquence (MHz) est élevée et plus une barrette de mémoire est rapide. En revanche rien de sert d’opter pour une mémoire dotée d’une fréquence supérieure à celle que peuvent gérer la carte-mère et le processeur. C’est cette information qui doit déterminer la fréquence de la barrette de mémoire. Il faut savoir qu’une mémoire dotée d’une fréquence supérieure fonctionnera à la vitesse gérée par la carte-mère, mais que l’ordinateur est susceptible de rencontrer des soucis d’instabilité. Pour de la bureautique, cette simple information de fréquence gérée par l’ordinateur suffira. Il faut donc se renseigner sur celle-ci avec la notice technique de l’ordinateur ou de la carte mère, ou en utilisant un logiciel spécialisé, comme l’application pour PC Everest, ou CPU-Z, et chercher les informations liées à la carte-mère. Avec un Mac, ces informations se trouvent dans le menu A propos de ce Mac, en cliquant sur le menu Pomme. Cliquez alors sur Plus d’infos pour en savoir plus sur les caractéristiques de la mémoire présente.

Sur les barrettes de mémoire DDR3, la fréquence des puces s’étend de 400 à 1466 MHz.

Pour connaitre la référence des puces de mémoire, il suffit de multiplier par deux la fréquence. Par exemple, une barrette dotée de puces DDR3-1066 sera cadencée à 533 MHz (533 x 2 = 1066). Il existe des appellations spécifiques pour chacune des fréquences. Ainsi, la DDR3-1600, s’appelle aussi PC3-12800.

Sur les barrettes de mémoire DDR4, le principe est le même avec des fréquences s’étendant de 800 à 1600 MHz.

mémoire-vive

Les timings

Les timings sont exprimés en cycles. Sur les fiches techniques, les timings sont parfois indiqués sous la forme d’une série de 5 chiffres, par exemple 55611, qu’il convient de décomposer de façon suivante x/x/x/xx.

De même, la plupart des constructeurs indiquent les lettres CL associées à deux chiffres.

Plutôt que de rentrer dans les détails, il faut simplement retenir que, plus chacun des chiffres s’approche de zéro et plus les performances seront bonnes à fréquence égale.

Pour un ordinateur de bureau ces indications n’ont pas vraiment d’importance, puisque le gain, à fréquence égale, dépasse rarement 1% de performances supplémentaires. En revanche pour le joueur féru de puissance, cette valeur est un bon indicateur de la vélocité d’une barrette de mémoire vive.

 

 

La tension

Cette indication permet de savoir si la mémoire vive est énergivore ou non. La DDR 3 est essentiellement proposée avec une tension de 1,5 volt et plus rarement 1,6 volt. Elle se décline en version économe en énergie (DDR3L pour Low) avec une tension descendant à 1,35 volt. Pour moins consommer d’énergie ces barrettes, plus coûteuses, disposent de puces gravées plus finement. En conséquence, leur prix est plus élevé. La DD4, peut fonctionner avec un voltage de 1,2 volt et peut même descendre à 1,05 volt.

Avant de choisir une barrette, il faut d’abord savoir quelles sont les tensions que la carte mère est capable de gérer. Sachez que les fanas d’overclocking, vont se tourner vers des mémoires vives intégrant un module XPM. Il permet de régler précisément la tension via le BIOS de l’ordinateur pour augmenter les performances.

Notre page dédiée de Mémoire Vive

    Ecrire un commentaire