Stockage

Tests disques durs Wifi : Buffalo, Memup, Sandisk et W.E.

27/02/2014
Image21

Les disques durs Wifi ont pour objectif d’étendre les capacités de stockage sans passer par une liaison filaire. Bien entendu, ils peuvent également être utilisés comme un disque dur externe classique grâce à leur interface USB. Cette dernière peut également être utilisée pour la charge de la batterie interne. Afin de ne pas couper l’accès à Internet, les disques durs Wifi se comportent comme des « ponts ». Les clients (tablette, smartphone ou même ordinateur) se connectent au Wifi du disque et ce dernier peut en même temps se connecter à un réseau Wifi relié à Internet.

To App or not to App ?

disques-durs-wifi-2-e1393516397764

Si une application bien conçue simplifie les choses, les disques Wifi, comme tout périphérique réseau, supportent différents standards et protocoles. Vu sous un autre angle, il est généralement possible d’accéder à un disque Wifi via un navigateur ou un gestionnaire de fichiers, que ce soit depuis un ordinateur sous Windows, un Mac sous OS X, une tablette et un téléphone sous Android ou iOS. L’accès se fait le plus simplement du monde via l’adresse IP ou le nom réseau du disque.

Parmi nos quatre concurrents, seul le Wireless Media Drive de SanDisk profite d’une « app » vraiment sympathique et bien conçue. SanDisk a soigné sa partie logicielle : l’accès via un navigateur propose quasiment les mêmes fonctions que l’application avec notamment des miniatures pour les photos et les vidéos. Et heureusement car, contrairement aux trois autres, l’accès par un explorateur de fichiers n’est pas aisé, nous n’y sommes pas arrivé. Buffalo propose sa propre application mais elle n’est guère agréable et peu fonctionnelle. Il en va de même pour celle de W.E… Quant à Memup, la documentation fait référence à Wi-Stram mais signale que d’autres applications peuvent être utilisées.

Types de fichiers & système d’exploitation

Il existe une multitude de formats de fichiers et des dizaines d’applications différentes pour visualiser leur contenu. De plus, certaines applications sont spécifiques à certains systèmes d’exploitation. Il est donc impossible de dresser une liste des formats de fichiers pris en charge étant donné qu’ils ne dépendent pas du disque Wifi lui-même mais bien de l’appareil connecté (smartphone, tablette ou ordinateur) et de sa configuration logicielle… Les constructeurs précisent cependant les formats de fichiers pris en charge lors de l’usage de leur(s) « apps », mais en utilisant d’autres « apps », d’autres formats sont gérés. Par ailleurs, toujours selon la configuration logicielle, la lecture d’un fichier vidéo se fera en streaming ou seulement après rapatriement…

Notons au passage que les Memup Kiosk LS et W.E. Fi apparaissent dans le voisinage réseau de Windows comme des lecteurs multimédia, une fonction bien pratique lors d’un accès Wifi depuis un PC. Le Wireless Media Drive y apparaît comme un périphérique mais ne propose pas de services (à part lancer son interface web). La Buffalo MiniStation Air n’apparaît pas et ne propose pas de services.

Accès Internet préservé !

La connexion à un disque Wifi demande une trentaine de secondes. Si le démarrage du disque est instantané, il faut une bonne dizaine de secondes pour qu’il émette son réseau Wifi puis un temps comparable pour que le périphérique trouve le réseau et s’y connecte. Une fois connecté au réseau Wifi du disque, le smartphone, la tablette ou l’ordinateur n’est alors plus connecté au réseau Wifi habituel donnant accès à Internet. Heureusement, nos quatre disques Wifi peuvent jouer un rôle de pont et se connecter en même temps à un autre réseau Wifi relié à l’Internet (généralement la box).

Buffalo MiniStation Air

Image41La Buffalo MiniStation Air utilise un disque dur 2 ½ pouces de 500 Go. Avec 130 x 84 x 23 mm et 285 grammes, elle est plutôt compacte pour un modèle avec disque dur. La coque de l’appareil est en plastique avec une robe anthracite et une finition noir piano sur le dessus (gare aux traces de doigts et aux rayures). Quatre leds informent l’utilisateur sur l’état de la batterie, la mise sous tension, l’émission Wifi et la connexion à Internet.

Buffalo livre une documentation assez sommaire, une housse et deux câbles USB différents. Un est utilisé pour le transfert des données avec un connecteur mixte mini et micro USB côté disque. Le second est destiné à charger la batterie et peut se brancher indifféremment sur le port USB d’un ordinateur ou à un chargeur USB standard (nous avons testé avec le chargeur USB d’une Xperia Tablet Z). L’application est assez basique comme le reflète sa note et les commentaires sur les stores.

LES PLUS : Performances en USB 3.0 et en Wifi, housse
LES MOINS : App moyenne, autonomie, pas de serveur web, temps de charge un port USB, pas de chargeur

SanDisk Wireless Media Drive

nexusae0_home-media-drive2SanDisk propose une solution un peu différente des trois autres. Son Media Drive utilise une mémoire flash de 64 Go et non un disque dur. Cette approche conduit à un appareil aussi compact que léger avec 65 x 65 x 13,5 mm pour 77 grammes. Si le Media Drive de SanDisk se laisse oublier dans une poche, il n’offre qu’une capacité de 64 Go. Toutefois, le lecteur SDHC/SDXC permet d’augmenter la capacité interne. Notons cependant qu’il est assez difficile de retirer le cache ou une carte insérée.

La coque en aluminium du Media Drive avec les parties supérieures et inférieures en plastique noir (soft touch sur la base) est une belle réussite et la finition est exemplaire. Trois leds témoin et un bouton permettent de contrôler l’état ainsi que la mise sous tension et l’activation du Wifi.

Enfin SanDisk a eu la bonne idée de mettre des tutoriels vidéo et une documentation complète (le tout seulement en anglais) sur le disque. Un câble USB avec une prise micro USB est fourni pour recharger le Media Drive mais aussi pour y accéder directement depuis un ordinateur. Il n’est cependant pas possible de se connecter en Wifi lorsque l’appareil est branché en USB. L’application de SanDisk est bien conçue (elle est d’ailleurs fort bien notée sur les stores) : très simple mais fonctionnelle. Pour ne rien gâcher, elle est graphiquement réussie et permet même de vérifier le niveau de batterie !

LES PLUS : Autonomie, lecteur SDXC, app sympathique, pas de pièce mobile, taille et poids, design, interface web complète et finition soignée, performances Wifi.
LES MOINS : Insertion d’une SD, performances en USB, « seulement » 64 Go, pas d’accès via un explorateur de fichiers.

Memup Kiosk LS Wifi

Image61Le Kiosk LS embarque un disque dur 2 ½ pouces de 500 Go comme le modèle de Buffalo. La coque est en plastique peint en argenté avec une finition soft touch agréable sur le dessus et le dessous. La finition est moins bonne que sur les autres modèles. La peinture est visiblement fragile et notre exemplaire de démonstration avait déjà des griffes…

Le Kiosk LS est assez volumineux avec 131 x 94 x 21 mm mais c’est le plus léger des modèles avec disque dur (260 grammes). Un seul gros bouton sert à allumer et éteindre le disque. De par sa grande taille et la faible pression nécessaire, il cause parfois des arrêts et extinctions inopinés en cas d’usage nomade. Trois leds sans pictogramme associé [sic] servent de… témoin ! Comme sur les autres modèles à disque dur, la charge est séparée de la connexion USB. Memup livre un adaptateur secteur et une prise USB 3.0 avec le connecteur spécifique mini et micro USB côté disque. Au niveau logiciel, Memup propose d’utiliser Wi-Stream mais ne fournit aucune application maison. Cette « app » générique ne casse pas la baraque (pas de miniatures), fonctions limitées, etc.

LES PLUS : Performances en USB 3.0, serveur multimédia
LES MOINS : Autonomie, performances Wifi, pas d’app spécifique

W.E. Fi

Image7Le W.E. Fi s’en remet lui aussi à un disque dur (ici un modèle de 1 To). Avec 127 x 92 x 19 mm, il est comparable à ses concurrents directs mais est plus lourd en raison d’une coque en aluminium avec le dessus et le dessous en plastique. On regrette l’usage d’un plastique noir laqué sur le dessus qui conserve toutes les traces de doigts et collectionnera inévitablement les rayures d’un usage nomade. La finition est soignée et le pourtour en aluminium confère non seulement un aspect qualitatif mais rend également le disque rigide.

Un seul bouton contrôle l’appareil et trois leds avec pictogramme informent de son statut. La connectique est similaire à celle du Memup : câble USB 3.0 combinant mini et micro et adaptateur secteur pour la recharge. En l’examinant de près, le W.E. Fi et le MemUP Kiosk LS sont tout simplement des clones ! La connectique est rigoureusement placée de la même manière et il en va de même pour les boutons et les leds… Même les chargeurs sont 100% identiques. Côté logiciel, W.E. propose MyWE pour iOS et Android . Il n’est guère plus riche que Wi-Stream…

LES PLUS : Performances USB 3.0, serveur multimédia, boîtier aluminium
LES MOINS : Autonomie, performances Wifi, app sans grand intérêt

Les performances

Le « Wifi N » balaye une telle plage de vitesses de connexion que cette caractéristique ne signifie vraiment rien. A titre de rappel, cette norme englobe des vitesses allant de 54 Mbps à 600 Mbps. La majorité des appareils frappés du logo Wifi N ne soutiennent qu’une vitesse de connexion de 72 Mbps soit ~8 Mo/s avec en pratique des performances qui tombent facilement à moins de 3 Mo/s. Notez bien que la vitesse de connexion négociée entre les périphériques et affichée n’est en rien une garantie de performances réelles !!!

Nous avons réalisé les tests de performances avec un ordinateur de bureau équipé d’une carte Wifi Intel Centrino Advanved 6250 PCI-Express avec une antenne externe déportée. Un dispositif capable de transférer plus de 25 Mo/s via un routeur « N » performant. En pratique, nous avons été très déçus des performances Wifi des disques. Les plus véloces sont les Sandisk Wireless Media et Buffalo MiniStation Air avec des vitesses comparables à une connexion VDSL 25 Mbps. On retrouve ensuite les W.E. Fi et MemUP Kiosk LS avec des performances 2x plus faibles (soit moins de 12 Mbps).

N’espérez donc pas échanger des fichiers volumineux en Wifi !

Intrigués par ces résultats bien faibles, nous avons réalisé d’autres tests avec un portable Asus Vivobook S200e et une Sony Xperia Tablet Z, les taux de transfert sont similaires.

 

Image9

Au niveau des taux de transfert câblés, les disques Wifi avec un disque dur prennent le large avec jusqu’à 100 Mo/s en lecture et en écriture. L’interface USB 3.0 permet au disque externe Wifi de se comporter exactement comme un disque dur interne. A ce petit jeu, le SanDisk Wireless Media Drive est laissé sur place avec 6 Mo/s en écriture et 14 Mo/s en lecture. On prendra donc soin de « remplir » son disque Wifi depuis un PC via une connexion USB.

Image8

 

Au niveau des temps de charge, il faut tabler sur 3 à 4 heures sauf pour la MiniStation Air de Buffalo qui a demandé près de 7 heures pour se recharger via le port USB d’un PC. Passer par le chargeur USB d’un autre appareil s’impose donc… Avec celui de l’Xperia Tablet Z, le temps de charge est comparable à celui des autres disques. Les modèles Memup et W.E. sont livrés avec rigoureusement le même adaptateur secteur. Il délivre 2 A en 5 volts alors que l’USB 3.0 donne au mieux 0,9 A…

L’autonomie des trois « vrais » disques durs est vraiment similaire avec environ 4 heures, ce qui est finalement bien modeste. Seul le Wireless Media Drive de SanDisk tire son épingle du jeu avec pas loin de 10 heures de lecture vidéo ! Par ailleurs, le Wireless Media Drive ne chauffe pas du tout et n’émet aucun bruit ni la moindre vibration.

S’il n’y a aucun souci pour la lecture de vidéos « HD » (720p issues de Youtube) avec 3 voire 4 clients, la navigation dans les fichiers devient très lente dès la connexion du second appareil. L’« app » du SanDisk Wireless Media Drive préserve cependant un certain agrément. Précision au passage que comme le Wifi « n », la « HD » englobe des flux vidéo avec des « bitrates » très variables (selon le Codec et les pistes audio). On comprend dès lors pourquoi les constructeurs annoncent « jusqu’à x vidéos HD » sans plus de précisions…

 

Verdict

Le choix est en grande partie dicté par les besoins de mobilité et/ou de stockage. Compact et léger, le SanDisk Wireless Media Drive est aussi le plus autonome (jusqu’à 10 heures) et le plus performant en Wifi ! Si son espace de stockage est bien modeste avec seulement 64 Go, il peut être étendu grâce au lecteur SDHC. En outre, il est vraiment simple d’utilisation avec une bonne « app » et une interface web à peine moins fonctionnelle. Dans une optique mobile, le SanDisk Wireless Media Drive est assurément le meilleur choix et nous le recommandons sans réserve.

Les trois autres disques durs Wifi offrent de bien plus grandes capacités de stockage de 500 Go à 1 To. Grâce à l’USB 3.0, ils ont des taux de transfert autrement plus importants que le petit Wireless Media Drive. Mais leur autonomie de l’ordre de seulement 4 heures est bien trop faible. En outre, le disque dur reste un élément mécanique bien moins adapté à la mobilité, aux chocs, mouvements et déplacements qu’une mémoire flash. Des trois disques « classiques » Wifi, le Buffalo MiniStation Air retient nos faveurs pour ses performances Wifi.

Tout l’univers disques durs wifi sur Rue du Commerce :

disques durs wifi

 

    Ecrire un commentaire