Literie Maison

Comment bien choisir sa couette ?

18/10/2016
CouvEnfantParentCouette

Votre nouveau lit trône dans votre chambre mais votre couette a fait son temps : il est grand temps d’en changer. La prise de tête commence ! Que choisir ? Chaleur, garnissage, taille ou piquage, suivez le guide pour choisir la couette qui vous convient, quelle que soit la saison.

Choisir le garnissage d’une couette

Qu’est-ce-que c’est ?

Le garnissage d’une couette désigne les fibres contenues dans l’enveloppe de tissu. Il définit le poids de la couette, son moelleux, son gonflant et surtout sa capacité à réguler la chaleur ou évacuer l’humidité. Si vous transpirez la nuit, ces deux critères sont essentiels. Si vous êtes facilement allergique, choisissez un garnissage qui soit également hypoallergénique.

 Couettephoto

Il existe deux grandes familles de garnissage : les naturels, et les synthétiques. Certaines couettes proposent parfois des mélanges, pour allier le confort du naturel aux performances techniques du synthétique. Le résultat est, toutefois, très variable.

 

Le naturel

Garnie de fibres naturelles, une couette est isolante et longue durée, utilisable jusqu’à 15 ans d’affilée, pour les plus hautes qualités. Prenez le temps de détailler les traitements appliqués aux fibres naturelles, certaines d’entre elles pouvant être allergisantes pour les personnes les plus sensibles.

Les plumes et le duvet

Léger, chaud et gonflant, le duvet ne comporte que des points positifs : il évacue l’humidité et régule naturellement la chaleur. Il est complété de plumes et de plumettes, qui permettent l’élasticité du garnissage. Plus le pourcentage de duvet est élevé, plus la couette est légère et conserve ses propriétés sur la durée.

Les couettes peuvent utiliser du duvet neuf, garantie de qualité, ou du duvet éco-responsable, garantie environnementale : il s’agit de duvet recyclé, lavé, essoré et stérilisé avant réutilisation.

A noter que les plumettes ont une sensation nettement plus lourde sur le corps, à contrario des duvets qui sont, eux, plus légers.

La laine

Contrairement au duvet, la laine convient aux personnes souffrant d’allergies. Naturellement thermorégulatrice, elle est chaude, confortable et peu volumineuse. Pour un bilan environnemental positif, pensez à la Biolaine®, un type de laine française, écologiquement lavée et traitée !

La soie naturelle

La soie naturelle ne réclame aucun traitement chimique. Les couettes qui en sont garnies sont donc particulièrement saines, hypoallergéniques et naturellement anti-acariens. Elles sont également fines et légères, s’adaptant à la température du corps pour garantir fraîcheur ou chaleur. A noter qu’un entretien précautionneux est plus que recommandé.

Les fibres végétales

Soka, coco, maïs ou bambou, les fibres végétales se multiplient pour garnir les couettes. Leur atout ? Éviter le recours aux fibres animales comme la laine, la soie ou le duvet. Les couettes en fibres végétales sont, généralement, hypoallergéniques et thermorégulatrices, légères et durables. Voire, pour certaines comme le bambou, anti-odeurs, anti-humidité et antibactériennes.

Ce type de garnissage est très appréciée : un modèle le plus éco-responsable.

 

Le synthétique

Les couettes synthétiques sont légères, hypoallergéniques, financièrement accessibles et simples d’entretien. Elles durent en moyenne 5 ans. Chaque fibre possédant des qualités spécifiques, les garnissages mélangent souvent plusieurs d’entre elles : prenez le temps de détailler la composition avant de choisir !

CouetteLit2

Les fibres pleines

Particulièrement bon marché, les fibres pleines, par opposition aux fibres creuses, offrent les couettes les plus abordables. Elles sont parfois traitées contre les acariens et simples d’entretien, généralement adaptées à la machine à laver.

Les fibres creuses

Elles assurent une légèreté optimale et une bonne respirabilité, dues à l’air contenu au cœur des fibres. Douces et gonflantes, elles sont également traitées contre les acariens et faciles d’entretien. A noter également qu’elles apportent douceur, moelleux, confort et enfin une bonne circulation de l’air.

Les fibres siliconées

Enduites de silicones, ces fibres creuses glissent les unes sur les autres, reproduisant la légèreté et la souplesse du duvet naturel.

Les microfibres

Les couettes en microfibre imitent le gonflant du duvet : volumineuses et confortables, elles assurent une bonne isolation et sont respirantes, comme les fibres creuses.

De plus en plus, les fibres sont recyclées. Synthétiques, les fibres de polyester sont bon marché et isolantes. Un nombre croissant de couettes utilise des fibres de polyester issues du recyclage, complétées d’enveloppes en bambou ou coton bio : l’ensemble garantit une couette 100% écologique, sans utilisation de matière animale, pour une qualité proche de celle des couettes naturelles.

GarnissageCouette

Choisir le niveau de chaleur d’une couette

 

Lorsqu’on parle de grammage, on désigne le poids du garnissage de la couette, en grammes par mètre carré : les plus légères affichent un grammage de 180 g/m², les plus lourdes, jusqu’à 500 g/m². Plus la couette est lourde, plus elle est chaude. Les couettes synthétiques sont également plus lourdes que les couettes naturelles, en particulier avec un fort pourcentage de duvet. Pour autant, choisir le niveau de chaleur d’une couette se détermine de moins en moins souvent par le grammage. Celui-ci tient plutôt au confort, et au poids de la couette sur le corps.

 

Les légères 

 

Pour un grammage de 175 à 250 g/m², en moyenne. Choisissez-les si vous êtes sensible à la chaleur et transpirez la nuit, pour la saison chaude, ou si votre chambre est chauffée à plus de 22°C.

 

Les tempérées

Elles sont les plus courantes. Avec un grammage entre 300 et 350 g/m², elles conviennent à la plupart des chambres et s’utilisent toute l’année en climat tempéré, dans des pièces chauffées entre 18 et 20°C.

Couette22

Les chaudes

Si vous êtes frileux, préférez une couette chaude, jusqu’à 400 g/m². Si la température de la pièce descend sous les 18°C, optez pour une couette très chaude à l’indice 4, voire plus selon les marques, jusqu’à 500 g/m². Celles-ci sont généralement réservées aux climats rigoureux et/ou aux dormeurs extrêmement frileux.

 

Les thermorégulatrices

Ni trop chaude, ni trop légère, une couette thermorégulatrice emmagasine la chaleur de votre corps, et de la pièce, pour la restituer en cas de chute de la température. Autrement dit, elle s’adapte ! Certains garnissages offrent naturellement des propriétés similaires. Le système Climarelle®, quant à lui, utilise des microcapsules contenues dans des fibres synthétiques, pour répartir au mieux la chaleur en fonction de vos besoins.

 

Les 4 saisons

Les couettes 4 saisons sont constituées de deux couettes de grammages différents : une couette légère, et une couette tempérée. Utilisées séparément en été et à la mi-saison, ces deux couettes s’assemblent l’hiver venu pour former une seule couette, chaude et gonflante.

EteSaison

 

 

Les critères à ne pas oublier

 

La taille 

La taille d’une couette dépend de la largeur du lit et du nombre de personnes à l’occuper ! Elle doit prévoir suffisamment de largeur pour vous permettre de vous retourner dans votre sommeil sans vous découvrir. Quant à couvrir deux personnes se retournant en même temps, mieux vaut prévoir grand : la norme compte ainsi 20 à 40 cm en plus de chaque côté du lit.

Autrement dit ? Ajoutez au minimum 40 cm à la largeur de votre lit pour obtenir celle de la couette. Pour des dormeurs de gabarit imposant, qui bougent beaucoup la nuit ou pour plus d’une personne, vous avez besoin d’envergure pour éviter les courants d’air : choisissez une couette enveloppante, avec 80 cm de plus que votre lit. Pensez, au passage, à surveiller la longueur de la couette : à partir de 220 cm de largeur, la plupart des modèles prévoient 240 à 260 cm de longueur.

TailleCouette

Le piquage 

Trop souvent ignoré, le piquage désigne les surpiqûres divisant une couette en carreaux, vagues, losanges ou autres formes. En traversant les épaisseurs de la couette, le piquage détermine la bonne répartition du garnissage, influant directement sur sa capacité à réguler la chaleur ou sa durée de vie. Dans le cas d’un garnissage naturel, préférez les piquages en damiers ou carreaux.

 

L’enveloppe

L’enveloppe d’une couette désigne le rectangle de tissu contenant les fibres. Comme pour un oreiller, il est essentiel de choisir une enveloppe au tissage serré, pour empêcher les fibres de s’échapper, en particulier dans le cas d’un garnissage naturel. La densité du tissage dépend du nombre de fils par centimètre carré : comptez 90 fils/cm² au minimum pour un garnissage synthétique, 120 fils/cm² pour un garnissage naturel.

Si l’information n’est pas disponible, choisissez une percale de coton bien serrée, éventuellement bio.

 

Les traitements

La majorité des couettes sont traitées contre les acariens et les champignons. Ces traitements peuvent être appliqués sur l’enveloppe, sur le garnissage, voire les deux, et résistent aux lavages.

ANTI-ACARIENS : traitement de base pour une couette, il empêche la prolifération des acariens. Il est indispensable aux personnes allergiques.

TEFLON® : ce traitement anti taches concerne l’enveloppe de la couette. Il imperméabilise le tissu pour empêcher les liquides d’y pénétrer et améliorer son isolation.

ALLERBAN (Dacron) : reconnu par les médecins allergologues pour son efficacité anti-acariens, ce traitement lutte également contre le développement des bactéries et moisissures. Il est idéal pour les personnes allergiques ou asthmatiques.

PRONEEM : hypoallergénique et biodégradable, ce traitement à base d’huile de Neem, naturellement hypoallergénique, protège des acariens et des champignons.

GREENFIRST : il s’agit d’un traitement naturel, antibactérien et hypoallergénique à base d’huiles essentielles de citron, lavande et eucalyptus.

AEGIS : il s’agit d’un traitement au cœur des fibres du garnissage, également anti-acariens, anti-bactéries et anti-moisissures, offrant une protection permanente.

SANITIZED : anti-acariens, anti-bactéries et anti-moisissures, il s’agit d’un traitement antimicrobien empêchant le développement des microbes, levures et bactéries sur les textiles.

Top 3 des questions

 

Y a-t-il des normes à vérifier ?

Oui ! Vérifiez la présence des normes d’hygiène NF EN 1162, NF EN 1164 et NF EN 1884, ainsi que la non-allumabilité à la cigarette.

 

Comment l’entretenir ?

Une couette se lave deux fois par an. Entre-temps, secouez-la très régulièrement pour bien répartir le garnissage dans l’enveloppe. Le matin, étendez-la correctement plutôt que de la laisser en boule, pour la même raison. Exposez-la au soleil et/ou à l’air froid pour éliminer les éventuelles bactéries, et changez régulièrement de housse de couette.

 

Comment la laver ?

Il est généralement conseillé de déposer une couette au pressing : les machines à laver familiales offrent souvent un volume trop réduit pour bien l’aérer et réduisent sa durée de vie. Dans tous les cas, la majorité des couettes naturelles ne passe pas en machine. Dans le cas d’une couette synthétique et d’une machine à laver adaptée, passez-la à 40°C avec plusieurs balles de tennis dans le tambour, et sans produit autre que la lessive, puis laissez-la entièrement sécher à l’air libre.

Notre page dédiée de Couettes

 

    Ecrire un commentaire