Literie Maison

Comment bien choisir son oreiller ?

17/10/2016
CouvOreilleHomme

Accessoire, l’oreiller ? Bien au contraire. Essentiel au choix d’une bonne literie, l’oreiller influe sur le confort, la qualité du sommeil et la prévention des douleurs chroniques. Dormir, lire ou regarder la télévision, sur le dos, le ventre ou le côté ? Chacun son oreiller pour une colonne vertébrale bien soutenue et une nuit tranquille !

Choisir un type d’oreiller

Il existe deux grandes familles d’oreillers : les classiques, moelleux et malléables, et les ergonomiques, plus fermes et étudiés pour aligner la tête et la colonne vertébrale.

 

Les oreillers classiques

Par opposition à son cousin ergonomique, l’oreiller classique est le plus ancien et le plus connu : il est constitué d’une housse carrée, ou rectangulaire, garnie de duvet, plumes ou fibres. La répartition du garnissage est uniforme, le volume gonflé et le toucher moelleux.

Son épaisseur, son gonflant ou sa fermeté peuvent varier pour offrir un maintien plus ou moins important. Il existe des modèles à tous les prix, d’une dizaine à une centaine d’euros.

Oreiller22

Les oreillers ergonomiques

Parfois appelés oreillers anatomiques, les oreillers ergonomiques présentent une forme allongée, surélevée sur les bords et creusée au milieu pour accueillir le bombé du crâne.

Oreiller23

Cette forme de vague maintient la tête alignée à la colonne vertébrale, soulageant le dos, la nuque et les muscles. Elle est particulièrement recommandée en cas de douleurs cervicales ou dorsales, à condition de ne pas dormir sur le ventre. Plus dense et plus ferme qu’un oreiller classique, l’oreiller ergonomique affiche un prix d’une vingtaine à plus d’une centaine d’euros.

Oreiller1

Choisir le garnissage d’un oreiller

Pour choisir un oreiller, concentrez-vous sur deux éléments essentiels : votre confort et le soutien. Un bon oreiller doit maintenir la tête alignée à la colonne vertébrale, quelle que soit votre position, sans cassure au niveau du cou.

Les oreillers naturels

Constitué de duvet, plumes et/ou plumettes, un garnissage naturel provient généralement d’oies ou de canards. La mention « duvet neuf » indique une qualité de duvet supérieur. La garantie « duvet écoresponsable », quant à elle, indique un garnissage recyclé pour préserver l’environnement : le duvet est alors lavé, trié, stérilisé et traité comme du neuf.

Les +

Plébiscités pour leur haute qualité et leur rareté, les oreillers naturels garantissent légèreté et gonflant. Respirants, ils évacuent la transpiration accumulée durant la nuit. Ils se lavent en machine et se tassent moins rapidement que les oreillers synthétiques.

Les astuces de choix

Du mélange de duvet et de plumettes dépend la fermeté de votre oreiller : plus il contient de duvet, plus il est moelleux. À l’inverse, plus le pourcentage de plumettes est élevé, plus il est ferme.

 

Les oreillers synthétiques

Il existe plusieurs types de fibres synthétiques. Les fibres creuses garantissent une bonne circulation de l’air dans l’oreiller, léger et gonflant. Les fibres creuses siliconées, en glissant les unes sur les autres, offrent un toucher proche du duvet pour plus de douceur. La microfibre imite le gonflant du duvet, douce et confortable. Certains oreillers proposent des fibres recyclées pour une fabrication et une consommation plus responsables.

Les +

Les oreillers synthétiques sont légers, faciles d’entretien et accessibles en prix. Hypoallergéniques, ils sont particulièrement adaptés aux personnes sensibles, fragiles, allergiques ou asthmatiques.

Les astuces de choix

Surveillez la respirabilité de la fibre, si vous avez tendance à transpirer durant la nuit, ainsi que les instructions de lavage : certaines fibres supportent des lavages fréquents à haute température, d’autres non. Contrôlez également la présence des normes d’hygiène NF EN 1164 et NF EN 1884, ainsi que la non-allumabilité à la cigarette.

Les oreillers en latex

Largement utilisé pour le garnissage des matelas, le latex investit peu à peu les oreillers. Ceux-ci proposent le plus souvent un mélange de 20 % de latex naturel et 80 % de latex synthétique, en moyenne.

Les +

Mi-naturel, mi-synthétique, l’oreiller en latex garantit moelleux, confort et gonflant. Naturellement anti-acariens et antifongique, il conserve ses qualités plus longtemps que la moyenne.

Les astuces de choix

Plus la proportion de latex naturel est grande, plus la qualité de l’oreiller est élevée : à partir de 50 % de latex naturel, il s’agit d’un oreiller de très haute qualité. Si le latex est micro-perforé, il est également respirant et évacue la transpiration.

 

Les oreillers en mousse à mémoire de forme

Ces oreillers, en mousse viscoélastique, réagissent à la chaleur : en contact avec la peau, ils s’assouplissent jusqu’à épouser parfaitement les contours du corps. Lorsque le contact s’interrompt, ils reprennent leur forme d’origine. Il s’agit, le plus souvent, d’oreillers ergonomiques.

Les +

La mousse à mémoire de forme réduit la pression sur le cou et les épaules, pour faire oublier la présence de l’oreiller tout en améliorant le confort. Ces modèles sont conseillés en cas de problèmes de cervicales ou de lombaires.

Les astuces de choix

Ne jugez pas un oreiller à mémoire de forme au premier contact : la mousse s’assouplit progressivement, à mesure qu’elle absorbe la chaleur.

GarnissageOreiller

Choisir le confort d’un oreiller

 

L’épaisseur

Les oreillers gonflants

Populaire pour son confort et son moelleux, l’oreiller gonflant peut offrir une épaisseur de 8 à 15 cm, en moyenne. Il est adapté aux personnes dormant sur le côté ou sur le dos, voire pour lire ou regarder la télévision. Choisissez une épaisseur inférieure à 10 cm si vous dormez sur le côté, ou pour les petits gabarits. En position allongée sur le dos, ou les grands gabarits, préférez 12 à 15 cm d’épaisseur.

Les oreillers plats

L’oreiller plat est à privilégier si vous dormez sur le ventre, pour éviter une cambrure excessive ou une cassure au niveau de la nuque. Optez pour une épaisseur de 5 cm, en moyenne.

Les oreillers ergonomiques

Attention, les hauteurs indiquées par les fabricants se réfèrent généralement à la partie creusée ! La hauteur moyenne idéale se situe habituellement entre 11 et 12 cm au centre, mais tout dépend de votre taille et gabarit.

Oreiller2

La fermeté

Les oreillers moelleux

Vous dormez sur le ventre ? Privilégiez un oreiller moelleux, synthétique ou en duvet, qui épouse la forme du corps et évite une cambrure trop marquée.

Les oreillers médium

Si vous dormez sur le côté, préférez un oreiller de fermeté médium, ou ergonomique : il soutient tête et nuque tout en conservant de la souplesse pour le confort.

Les oreillers fermes

Pour ceux qui dorment sur le dos et/ou affichent un gabarit imposant, mieux vaut compter sur un oreiller ferme ou ergonomique, qui soutient la nuque et aligne la tête avec la colonne vertébrale. Si vous optez pour l’oreiller ergonomique, en revanche, contrôlez la hauteur du bord bombé, qui ne doit pas être plus haut que l’espace entre le plat du dos et le creux de la nuque.

 

La forme

Les oreillers carrés

Format préféré des Français, l’oreiller carré convient au plus grand nombre, idéal pour lire comme pour dormir. Ses dimensions standard sont de 65 x 65 cm, parfois 60 x 60 cm. Attention, en revanche, si vous pliez votre oreiller en deux, vous risquez des douleurs cervicales. Mieux vaut, dans ce cas, opter pour un oreiller rectangulaire !

Les oreillers rectangulaires

Un oreiller rectangulaire est idéalement adapté aux personnes de grande taille : le réflexe naturel étant de caler les épaules en bas de l’oreiller, l’oreiller rectangulaire laisse plus de place. Il peut également être utilisé en complément d’un oreiller carré, pour soutenir la nuque en position de lecture. Son format standard est de 50 x 70 cm, ou 40 x 60 cm.

pillows-820149_640

L’enveloppe

L’enveloppe est le tissu qui maintient le garnissage en place. Son tissage doit être suffisamment serré pour empêcher plumes ou fibres de s’échapper, et sa matière doit laisser l’humidité s’évacuer. Choisissez une percale de coton, naturelle, respirante et facile à entretenir. La viscose assure également douceur et respirabilité, tout comme les fibres végétales type Tencel® ou Lyocell®.

Certains oreillers sont déhoussables, pour permettre un lavage de l’enveloppe plus simple et plus fréquent. Ce qui ne dispense, en aucun cas, de l’usage d’une taie d’oreiller pour une meilleure hygiène !

 

Les traitements

La majorité des oreillers sont traités contre les acariens et les champignons. Ces traitements peuvent être appliqués sur l’enveloppe, sur le garnissage, voire les deux, et résistent aux lavages.

ALLERBAN (Dacron) : reconnu par les médecins allergologues pour son efficacité anti-acariens, ce traitement lutte également contre le développement des bactéries et moisissures. Il est idéal pour les personnes allergiques ou asthmatiques.

PRONEEM : hypoallergénique et biodégradable, ce traitement à base d’huile de Neem, naturellement hypoallergénique, protège des acariens et des champignons.

GREENFIRST : il s’agit d’un traitement naturel, antibactérien et hypoallergénique à base d’huiles essentielles de citron, lavande et eucalyptus.

AEGIS : il s’agit d’un traitement au cœur des fibres du garnissage, également anti-acariens, anti-bactéries et anti-moisissures, offrant une protection permanente.

SANITIZED : anti-acariens, anti-bactéries et anti-moisissures, il s’agit d’un traitement antimicrobien empêchant le développement des microbes, levures et bactéries sur les textiles.

Le top des questions

 

Dois-je acheter un oreiller pour mon bébé ?

Pas avant 36 mois ! Optez ensuite pour des modèles spécialisés, hypoallergéniques et adaptés à son âge.

 

Comment faire durer mes oreillers ?

Secouez-les et aérez-les tous les jours. Retournez-les régulièrement, et lavez-les au moins tous les 3 mois selon les instructions de l’étiquette, mais sans assouplissant. Lors du lavage, ajoutez des balles de tennis dans le tambour de la machine à laver, pour entretenir le gonflant. Attention, les oreillers à mémoire de forme ou en latex ne passent généralement pas en machine !

 

Quand changer d’oreiller ?

La durée moyenne conseillée pour un oreiller est de deux ans, mais peut varier selon le garnissage : les oreillers en latex conservent leurs qualités plus longtemps. Tout dépend également de votre usage. Si les taches ne partent plus au lavage, que votre oreiller a perdu son gonflant ou que le garnissage forme des paquets à l’intérieur de l’enveloppe, il est temps d’en changer. De même si vous avez mal au dos ou au cou en vous réveillant : un oreiller neuf peut suffire à y remédier.

Notre page dédiée d’Oreillers

    Ecrire un commentaire