Objets connectés Sport

Test Vivofit Garmin : le bracelet connecté qui vous fait bouger

06/06/2014

Pour un test digne de ce nom, pas question d’essayer ce petit bijou sur quelques heures seulement. Nous vous proposons donc d’embarquer pour un entraînement de 3 jours, bracelet Vivofit au poignet !

Bracelet

Bracelet connecté Vivofit Garmin noir (119€)

Jour 1

Prise en main

Vivofit

Avant de pouvoir utiliser votre Vivofit, il vous faut le configurer. Etape 1 : mettez-le au poignet. Réussi ? Super, soufflez un peu.

Etape 2 : téléchargez le logiciel en vous rendant sur cette page pour les ordinateurs, ou celle-ci pour l’application smartphone. Pour ma part, me servant très régulièrement de mon smartphone, j’ai choisi… L’ordinateur tout à fait.

L’étape 3 a donc consisté à l’insertion de la mini-clé USB ANT Stick fournie par Garmin, qui permet de connecter mon Vivofit à mon PC.

Enfin, étape 4 : votre logiciel ou application vous demande de créer un compte avec toutes sortes d’informations personnelles (unité de mesure choisie, poids, taille, sexe, niveau d’activité, heures de coucher et de réveil).

Et ça y est ! Vous n’avez plus qu’à synchroniser votre Vivofit avec votre PC ou smartphone en appuyant quelques secondes sur le bouton du bracelet. Le signal « SYNC » apparaît. Votre entraînement peut commencer !

Premiers pas : basket et footing

Vivofit

Ayant une pratique du basketball et un niveau global se rapprochant de la NBA, j’ai choisi la version « intensive ». Résultat : Vivofit m’indique que j’ai plus de 7500 pas à faire dans ma journée. Ah oui, quand même.

Direction le complexe sportif pour faire quelques paniers et courir sur la piste, parce qu’il me reste plus de 6000 pas à faire. 6000 pas que je parviens à atteindre après 25 minutes de basket et 25 minutes de footing. S’ensuit une séance de 15 minutes d’abdos et de pompes. En fin de journée, Vivofit m’indique que j’ai dépensé plus de 2764 calories…

Jour 1 : récapitulatif graphique

Day 1

Jour 2 : salle de sport et footing

Vivofit

Après un sommeil visiblement agité (n’y voyez aucune allusion à quoi que ce soit évidemment…), Vivofit me dit à mon réveil que j’ai aujourd’hui un objectif de 7537 pas à réaliser. Travaillant une grande partie de la journée devant l’ordinateur, je décide de me programmer deux séances de sport en ce mardi 3 juin. La première se déroulera en salle. Et après 25 minutes de vélo et 30 minutes de musculation, j’ai déjà dépensé pas mal de calories et fait quelques centaines de pas.

Mais n’oublions pas que ce sont ces derniers mon principal objectif ! En fin d’après-midi, il m’en reste environ 5000 à faire. Je pars donc pour un footing. Malheureusement, après 25 minutes de course, une douleur au genou me pousse à arrêter. « Bouh, le sportif à deux balles « , j’entends déjà. Excusez-moi d’avoir 82 matchs NBA à faire dans l’année… Mais peu importe, l’objectif est déjà atteint.

Jour 2 : récapitulatif graphique

Day 2

Jour 3 : vélo et elliptique

 

Avec cette petite douleur au genou et tout de même 7684 pas à faire dans la journée, je décide de ne pas courir, mais de faire deux séances à la salle de sport en ce mercredi 4 juin. Durant la première, entre 13h et 14h, je m’attache principalement à faire du vélo et de la musculation. La seconde, en fin d’après-midi, sera une séance réservée à l’elliptique et aux abdominaux. 30 minutes d’elliptique m’auront d’ailleurs permis d’atteindre mon objectif de pas et de le dépasser.

Jour 3 : récapitulatif graphique

Day 3

Test Vivofit Garmin : le verdict

Je recommande le bracelet Vivofit Garmin aux personnes adeptes de la collecte d’informations personnelles et physiques. De plus, avec cet objectif de pas quotidien, Vivofit vous pousse à vous bouger (marcher plus, faire du sport…). Par ailleurs, pour avoir pratiqué plusieurs disciplines avec le bracelet (basketball, footing, musculation et vélo), il ne m’a jamais gêné. Enfin, la synchronisation des informations avec l’application est très bonne et les graphiques très intéressants.

Malgré une grande précision, il arrive que le décompte des pas se déclenche parfois au mauvais moment. En voiture ou à vélo par exemple. Enfin, comme le bracelet peut s’avérer très pratique pour le footing, on déplorera l’absence de chronomètre.

    Ecrire un commentaire