Téléphonie mobile

Samsung Galaxy Note 4, la nouvelle référence des smartphones géants

27/10/2014
Galaxy-Note-4-Design-details

Déballage

Avec sa gamme Galaxy Note, Samsung a littéralement inventé le segment des phablettes, c’est-à-dire des smartphones à très grands écrans. Les deux premiers modèles de cette gamme ont eu les coudées relativement franches, la concurrence ayant mis un certain temps à réagir. Mais depuis le début d’année, les phablettes pleuvent sur les étals des marchands. On en trouve de toutes les sortes et pour tous les prix. Avec pour seul leitmotiv de proposer un écran doté d’une grande diagonale. Un an après le Note 3, c’est donc au tour du Note 4 de venir essayer de perpétuer la suprématie de cette gamme sur le marché.

rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_1

Comme toujours, le nouveau modèle intègre ce qui se fait de mieux chez Samsung à l’heure actuelle. Il propose en effet un écran Super Amoled de 5,7 pouces QHD (2560 x 1440 pixels), un chipset quadruple cœur Qualcomm Snapdragon 805 (2,7 GHz), 3 Go de mémoire vive, un capteur photo de 16 mégapixels avec stabilisation optique, capable de filmer en UHD-4K, un autre capteur photo frontal de 3,7 mégapixels, 32 Go de mémoire interne (+microSD) et une compatibilité avec la 4G+ (jusqu’à 300 mb/s théorique). Une fiche technique de haut vol donc, qui ne laisse rien au hasard. Note 4 en main, nous avons pu vérifier si son ramage se rapporte bien à son plumage.

 

rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_3Samsung livre son appareil dans une boite classique. Si elle est toujours constituée de matériau recyclable, le constructeur a abandonné le motif « bois ». Le contenu du pack se montre sans surprise, avec les habituels chargeur, câble USB, manuel de démarrage rapide, kit mains-libres stéréo et embouts supplémentaires. On constate avec plaisir que le chargeur est « fast charge », c’est-à-dire qu’il est capable de restaurer 70% de l’autonomie en une heure.

 

 

 

Design et prise en main

rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_2

De prime abord, le Galaxy Note 4 ressemble beaucoup à son prédécesseur lorsqu’on l’aperçoit pour la première fois de face. Pourtant, il suffit de prendre l’appareil en main pour immédiatement remarquer de nombreuses différences entre les deux modèles. Surtout du côté des finitions puisque le nouveau venu arbore un superbe contour en aluminium. Tout comme sur le récent Galaxy Alpha.

 

rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_9Samsung a longtemps été critiqué parce qu’il n’employait que du plastique pour les coques de ses smartphones haut de gamme. Le pourtour métallique remet ici les pendules à l’heure de belle manière. Il participe presque à lui seul à donner une bien meilleure impression de qualité au design de l’appareil. Il est tout de même bien aidé en cela par le cache batterie arrière en imitation cuir. Là encore, le rendu est très réussi. À tel point qu’un néophyte pourra effectivement se demander s’il s’agit de cuir ou de plastique. C’est du moins vrai pour les versions colorées du smartphone. La blanche offre un excellent look épuré avec son cerclage gris aluminium. Mais la sensation de cuir du dos est moins prononcée, et on devine plus facilement qu’il s’agit de plastique.

 

Signalons au passage que le dessin de la face arrière ne reprend pas celui des Galaxy S5 et S5 mini. Il s’inscrit plutôt dans la continuité de celui du Note 3. Quant à la prise en main de l’appareil, elle ne surprend pas outre mesure. Après tout, c’est le tout premier Galaxy Note qui a créé le segment des phablettes.

rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_8

Système d’exploitation, multitâche et stylet

Celles et ceux qui connaissent déjà le Samsung Galaxy S5 ne seront pas dépaysés en découvrant le fonctionnement du Note 4. On retrouve en effet aux commandes le système d’exploitation Android dans sa version 4.4 KitKat et l’interface utilisateur maison de Samsung, baptisée TouchWiz. Dans les précédentes versions de cette interface, le constructeur avait multiplié les fonctions tape-à-l’œil, comme les « Air Gestures », mais dont l’utilisation dépassait rarement le cadre de quelques démonstrations faites à des amis. Plutôt pour frimer donc. La dernière incarnation de TouchWiz se veut plus sobre, mais aussi plus efficace. Samsung a cette fois misé sur le multitâche.

 

L’habituel système qui permet d’afficher deux applications sur le même écran est une fois de plus de la partie. Le grand écran permet de profiter assez confortablement de chacune fonction, et d’ajuster au besoin la taille de l’un des deux écrans affichés simultanément. Pour activer cette fonction, Samsung a changé la manière d’activer cette fonction ; il suffit désormais de faire un appui long sur la touche « retour ». Il est aussi possible de déplacer des éléments d’une fenêtre vers l’autre, pour par exemple incruster une image dans un email à la volée ou pour copier du texte, une adresse, un lien, etc.

rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_14_interface-utilisateur

Pour ceux qui trouvent cette méthode pas assez rapide à mettre en œuvre, le constructeur a également implémenté une nouvelle manière de pratiquer le multitâche sur son smartphone. Il suffit pour cela de faire un mouvement rapide depuis l’un des coins en haut de l’écran pour redimensionner la fenêtre de l’application en cours d’exécution.

 

Par exemple, si vous êtes en train en train de consulter vos emails ou de naviguer sur Internet et que vous avez besoin d’ouvrir une autre application en gardant la première à l’écran. Le mouvement décrit plus haut permet de l’afficher dans une fenêtre flottante et redimensionnable. Il est aussi possible de la minimiser pour ne la laisser que sous forme d’une pastille. Le choix de l’une ou l’autre des méthodes est avant tout affaire de goût, car elles s’avèrent toutes les deux efficaces. Dans tous les cas, elles font du Galaxy Note 4 le smartphone le plus efficace pour le multitâche.

 

Quant au stylet, il se montre ici plus efficace que jamais. Véritable marque de fabrique des Galaxy Note, il s’avère toujours aussi précis, et profite à fond de la définition accrue de l’écran pour permettre de travailler de manière encore plus fine. Quant à ceux qui veulent l’utiliser pour prendre des notes, ils apprécieront tout particulièrement sa grande réactivité et la gestion intelligente de l’écran qui permet de poser la main dessus tout en écrivant, sans que cela induise d’erreur de saisie.

rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_10_emplacement-stylet rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_11

Pour clore cette partie sur le système d’exploitation, sachez que les allergiques au design graphique de TouchWiz pourront facilement installer l’interface Google Now Launcher depuis la boutique Google Play. Cette interface est en fait celle des Nexus. Elle offre donc un design graphique plus épuré, tout en permettant au Note 4 de garder l’ensemble de ses fonctionnalités, sans le ralentir aucunement.

 

Réactivité

D’ailleurs, on se demande bien ce qui pourrait ralentir la bête tant Samsung a mis ici les petits plats dans les grands pour offrir aux utilisateurs un véritable monstre de puissance. Ce smartphone est l’un des premiers à proposer le nouveau chipset Qualcomm Snapdragon 805, qui se base sur quatre processeurs Krait 450 cadencés à 2,7 GHz chacun. L’ensemble se trouve épaulé par une puce graphique Adreno 450 et par 3 Go de mémoire vive.

 

Ces caractéristiques représentent le summum technique à l’heure actuelle. Elles offrent au Note 4 une fluidité et une réactivité tout simplement parfaite, qu’il nous a été impossible de prendre en défaut. Quel que soit le nombre de jeux, de navigateur Web avec de multiples onglets ou d’applications gourmandes lancés, le monstre ne ralentit jamais une seule seconde. Les puristes apprécieront, car c’est le genre de réactivité habituellement réservée aux seuls Nexus parmi les smartphones Android.

 

Écran et multimédia

Pour admirer ces performances en action, Samsung a doté son Note 4 d’un grand écran Super Amoled de 5,7″. Si sa taille ne change pas par rapport au Note 3, sa définition QHD se montre en revanche plus élevée puisqu’elle grimpe à 2560 x 1440 pixels, contre 1920 x 1080 pixels (Full HD) précédemment. Au-delà des chiffres bruts, que peut apporter une telle définition alors qu’il était déjà impossible de discerner les pixels sur l’afficheur du Galaxy Note 3 ? Concrètement, le rendu colorimétrique se montre un peu meilleur et on constate bien une finesse encore supérieure sur les applications à forte teneur en texte. Sur le navigateur Internet par exemple, il est possible de lire les polices les plus petites sur les pages Web sans forcer sur les yeux.

 

En plus de cette définition exceptionnelle, l’écran du Note 4 profite aussi de la technologie Super Amoled pour afficher des couleurs éclatantes, qui flattent la rétine. La profondeur des noirs est également exceptionnelle, comme sur tous les écrans Amoled du constructeur d’ailleurs.

rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_16_multitache

Avec un tel afficheur, la consultation multimédia est évidemment l’un des grands points forts du Galaxy Note 4. Les vidéos en HD ou Full HD resplendissent littéralement, de sorte que regarder un film entier ne pose aucun problème. Surtout que le lecteur vidéo du smartphone se montre capable de lire quasiment tous les formats et codecs les plus populaires, avec une très bonne gestion des sous-titres au besoin. La lecture musicale est au diapason, avec un rendu audio de haut vol.

 

Photos / vidéos

À sa sortie l’année dernière, le Galaxy Note 3 avait aussi su épater son monde avec un bel écran et une excellente fluidité. Mais il avait un peu déçu du côté de la capture de photos et de vidéos. L’ensemble était loin d’être catastrophique, mais se montrait tout de même loin des performances des meilleurs du genre. Samsung a décidé de remettre les pendules à l’heure avec le Note 4.

rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_12 rdc-biftech-test-samsung-galaxy-note-4_13

Sur le papier, l’appareil promet déjà beaucoup avec un capteur de 16 mégapixels à stabilisation optique. Le rendu est à la hauteur, et même mieux encore. C’est bien simple ; le Note 4 fait encore mieux que le Galaxy S5, avec des clichés absolument superbes, tant en matière de colorimétrie que de contrastes ou de gestion de la lumière. Quant au niveau de détails, il s’avère tout aussi impressionnant. Lorsque la luminosité baisse, le smartphone s’en tire là encore avec les honneurs. Son flash se montre de plus très efficace.

 

La capture de vidéo n’est pas en reste, avec la possibilité de filmer des séquences vraiment superbes, fourmillant de détails, et avec une fluidité irréprochable, jusqu’à 60 images par seconde en Full HD et 30 images en UHD-4K.

 

Verdict

Si vous avez parcouru l’intégralité de ce test, vous aurez déjà compris que le Galaxy Note 4 nous a bluffés. Son prédécesseur, le Note 3, était déjà un excellent mobile, plombé uniquement par une qualité photo perfectible. Pour le nouveau modèle, Samsung a décidé de rendre une copie parfaite, sans aucun point faible. De l’OS ultra réactif à l’écran fabuleux en passant par l’autonomie très (très) respectable de deux jours ou la capture de photo et de vidéo éblouissante, c’est un véritable sans-faute.

 

Cerise sur le gâteau, le constructeur coréen a aussi retravaillé le design et la qualité de fabrication, enfin à la hauteur du reste. Au final, le Note 4 se montre aussi bon pour le multimédia que pour la productivité. Le seul (petit) point perfectible reste le lecteur d’empreintes digitales, toujours moins efficace que celui que l’on trouve dans les iPhone. Mais pour le reste, si les smartphones à très grands écrans (phablettes) sont votre tasse de thé, vous ne trouverez pas mieux que ce Galaxy Note 4 !

366d2d2fa79d7f6e6671669b0ca11938-500x500
Samsung Galaxy Note 4 (719,04 euros)

 

    Ecrire un commentaire