Téléphonie mobile

Test Meizu MX4 : un vrai haut de gamme à prix d’ami

17/11/2014
meizu mx4 une

rdc-test-meizu-mx4_11Bien connue des technophiles depuis longtemps, notamment pour ses baladeurs audio, la marque Meizu s’est faite en revanche plus discrète auprès du grand public. Du moins en France, car le fabricant propose depuis plusieurs années déjà des smartphones de grande qualité en Chine.

 

Meizu a montré qu’il s’intéressait au marché français un peu plus tôt dans l’année en sortant chez nous le MX3. Un modèle intéressant, mais flanqué de quelques défauts gênants, au premier rang desquels l’absence de 4G. Toutefois, il ne s’agissait que d’un galop d’essai. Le fabricant passe aux choses sérieuses avec le MX4, qui est cette fois disponible chez nous peu de temps après sa sortie en Asie.

Du haut de gamme à tous les étages

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la fiche technique de l’appareil respire la qualité. Le smartphone arbore en effet un écran de 5,36″ Full-HD, avec une définition un peu atypique de 1920 x 1152 pixels. Il est protégé par un verre certifié Corning Gorilla Glass 3. Quant au processeur, il s’agit d’un MediaTek MT6595 octocoeur avec quatre cœurs cadencés à 2,2 GHz et quatre autres à 1,7 GHz. Ils sont flanqués par 2 Go de mémoire vive et une puce graphique PowerVR G6200 MP4. La captation de photos et de vidéos est pour sa part confiée à un capteur photo principal Sony Exmor RS de 20,7 mégapixels, contre un capteur de 2 mégapixels en façade.

 

Comme évoqué plus haut, l’appareil est compatible avec la 4G. Le tout tient dans des dimensions de 144 x 75,2 x 8,9 mm (147 g) et se trouve animé par Android 4.4 KitKat, ici recouvert par l’interface utilisateur Flyme 4.0. Pour alimenter l’ensemble, le constructeur a opté pour une batterie conséquente de 3100 mAh. Rappelons que malgré ses caractéristiques techniques qui sont sans conteste celles d’un haut de gamme, le Meizu MX4 est proposé en avant-première sur Rue du Commerce à un tarif de seulement 349,90 € dans sa version 32 Go.

rdc-test-meizu-mx4_12

Un design sobre et élégant, une prise en main parfaite

Avec un tel prix, on se dit qu’il doit forcément y avoir anguille sous roche quelque part. Mais on s’aperçoit lorsqu’on le manipule que ce n’est pas au niveau du design ou de la qualité de fabrication que le constructeur a pu faire des économies. Le contour de l’appareil est en effet cerclé d’aluminium, pour un rendu du plus bel effet. Il confère en outre une belle impression de solidité à l’ensemble. En définitive, le look du MX4 est très réussi, car il mise avant tout sur l’élégance et la sobriété. Un peu comme celui du MX3 avant lui.

 

rdc-test-meizu-mx4_7La prise en main ne déçoit pas non plus. D’abord, on apprécie d’emblée les bords arrondis, qui offrent une meilleure préhension sur les mobiles dotés de grands écrans comme celui-ci. À tel point que si nous n’avez pas des doigts courts, il est possible de manipuler le MX4 à une seule main dans la plupart des situations, le champ d’action du pouce couvrant la majeure partie de la face avant. De plus, comme vous le verrez dans la partie dédiée à l’OS Flyme 4.0, le constructeur a pensé à introduire des raccourcis gestuels qui facilitent davantage la manipulation à une seule main. Enfin, le poids ne pose pas de problème non plus. Les 147 g de l’appareil sont parfaitement répartis sur l’ensemble de la surface, de sorte que le smartphone apparaît toujours parfaitement équilibré dans la main.

Un écran qui ne déçoit pas

Une fois le smartphone allumé, l’écran ne manque pas d’impressionner non plus. La dalle IPS LCD tient ici toutes ses promesses. Le rendu se montre excellent, avec des couleurs qui parviennent à être vives sans tomber dans la saturation. Le contraste global est lui aussi très correct, même si la profondeur des noirs n’est pas aussi prononcée que sur les meilleurs afficheurs LCD. Mais elle demeure ici tout à fait acceptable. Quant à la luminosité, elle se révèle d’un bon niveau. Enfin, les angles de vision s’avèrent également très ouverts. Il n’est donc pas obligatoire de se tenir bien en face du smartphone pour profiter de l’excellent rendu.

rdc-test-meizu-mx4_6

 

Enfin, entre la diagonale conséquente de 5,36″ et la définition de 1920 x 1152 pixels, le confort d’utilisation est tout simplement parfait. Des jeux au visionnage de vidéos en passant par la gestion des emails ou des réseaux sociaux, aucun usage ne pose problème sur cet afficheur. De plus, ce dernier offre un ratio 5:3 assez unique, qui permet notamment de mieux profiter de la navigation Web.

Processeur : 8 cœurs ronronnants sous le capot

Vu le prix de l’appareil, nous avions tout de même une petite appréhension concernant sa réactivité et le comportement de son processeur. Le fournisseur chinois MediaTek a en effet la réputation de proposer des solutions moins performantes que ses concurrents. C’était vrai pour l’ancienne génération de processeur octocoeur, mais ce n’est plus le cas pour la nouvelle que l’on retrouve ici, avec le modèle MT6595.

 

L’architecture de ce chipset est en effet de dernière génération et offre finalement des performances dignes de smartphones à plus de 600 €. Lors de notre test, qui a duré deux semaines complètes, le MX4 s’est montré particulièrement fluide et réactif, dans toutes les situations possibles et imaginables. Le seul petit reproche que l’on puisse lui faire vient de sa tendance à chauffer un peu lorsqu’il fait tourner des jeux très exigeants en 3D. Mais cela ne gêne pas à l’utilisation.

OS : Flyme 4.0, entre Android et iOS

L’interface utilisateur Flyme 4.0 tourne donc ici à la perfection. Cette interface se base sur Android 4.4 KitKat et offre une expérience assez différente de celle que l’on connaît habituellement avec l’OS de Google. Elle se situe en effet à mi-chemin entre iOS et Android. Elle s’affranchit du traditionnel menu des applications, mais garde la possibilité de placer des widgets sur les écrans d’accueil. Nous avons été surpris par son ergonomie limpide puisqu’il ne nous a fallu que quelques minutes pour la maitriser. Pour débuter, il faut juste savoir que le bouton central (Home) sert à revenir aux écrans d’accueil, comme sur les iPhone. On peut aussi faire apparaître le gestionnaire d’applications actives simplement en effectuant un court mouvement qui part juste sous l’écran.

 

Nous avons également beaucoup apprécié la possibilité de contrôler l’appareil par quelques gestes simples et efficaces. Il est par exemple possible de le sortir de veille simplement en tapotant deux fois dessus (coucou LG), ou encore de le replonger en veille avec un appui long sur la touche « Home ». Cerise sur le gâteau, Meizu a d’ores et déjà annoncé qu’il proposerait une version de Flyme OS qui tournera sous Android 5.0 Lollipop. Sans toutefois préciser de date.

rdc-test-meizu-mx4_8

Mais tout n’est pas parfait au royaume de Flyme. Le défaut le plus gênant vient du fait que l’interface dispose d’une mise en page parfois hasardeuse dans sa version française, qui coupe certains textes des options. Le texte en question n’étant pas défilant, il est parfois impossible de comprendre les effets de telle ou telle option avant de l’avoir essayée. On remarque aussi dans la section « App Center » qu’il n’y a que des applications chinoises pour le moment. Mais il est bien précisé au lancement de ladite appli que des contenus français arriveront plus tard. Et ce n’est de toute façon pas un problème dans la mesure où la boutique officielle Google Play est pour sa part bien présente.

 

D’ailleurs, Meizu n’a pas jugé bon de charger dans son MX4 la plupart des autres applis habituelles de Google, comme Gmail ou encore le navigateur Chrome. Mais il suffit donc de les télécharger depuis Google Play. Enfin, on remarque aussi que certaines applications ne sont pas encore adaptées au format 5:3 de l’écran. Du coup, il arrive que certaines touches de l’interface de ces applications n’apparaissent pas et occasionnent quelques problèmes ergonomiques. Heureusement, c’est assez rare. De plus, tous les désagréments cités dans ce paragraphe sont d’ordre logiciel uniquement. Cela signifie qu’ils seront certainement corrigés dans une mise à jour ultérieure.

rdc-test-meizu-mx4_10

Photos et vidéos : la surprise du chef

Passons maintenant à la captation de photos et de vidéos depuis le smartphone. Sur le papier, le smartphone fait fort avec un capteur Sony Exmor RS de 20,7 mégapixels, profitant de l’autofocus, d’un double flash LED (dual tone) et de toutes les fonctions devenues classiques sur les modèles haut de gamme comme le HDR, le mode panorama, la mise au point ultrarapide en 0,3 s, un mode rafale en 25 photos par seconde, etc. Toutefois, on sait par expérience que les caractéristiques techniques théoriques ne représentent pas une garantie, surtout sur la partie photo. D’ailleurs, habituellement, cette fonction représente LE point faible des smartphones provenant de constructeur chinois. Avant de poursuivre, notons que le capteur décrit plus haut est le même que celui que l’on retrouve dans les derniers smartphones Sony haut de gamme.

 

Mais Meizu a fourni ici un excellent travail de post-traitement. À tel point que – aussi étonnant que cela puisse paraitre – les clichés pris par son MX4 paraissent au final meilleurs que ceux des Xperia Z3 et Z3 Compact ! Le rendu se montre tout aussi détaillé, mais profite de couleurs plus vives, qui flattent davantage la rétine. Tout en restant fidèles à la réalité. Les contrastes sont également bien gérés. En situation de basse luminosité, le capteur ne fait pas aussi bien que les meilleurs du genre, mais il tire tout de même son épingle du jeu et permet de capturer des photos assez réussies tant que vous ne bougez pas au moment du déclenchement. Elles bruitent un peu, mais restent tout à fait exploitables.

1 4 3 2

Enfin, la captation de vidéo nous a encore plus surpris. Le smartphone est capable de filmer dans une résolution allant jusqu’à de UHD-4K (3840 x 2160 pixels), de même qu’en mode ralenti. Si nous aurions apprécié davantage de réglages, il n’y a en revanche rien à redire sur la qualité intrinsèque des vidéos obtenues. Elles se révèlent en effet à la fois riches de détails, fluides et parfaitement équilibrées sur le plan colorimétrique.

rdc-test-meizu-mx4_9

Multimédia : pas de faille dans l’armure

Très bon en prise de photos et de vidéos, le MX4 ne démérite pas non plus en lecture multimédia. Le smartphone s’est en effet montré capable de lire sans broncher tous nos fichiers vidéos de test, même les tant redoutés .mkv en Full HD 1080p. Avec un tel écran, inutile de préciser que le visionnage de vidéo est un véritable régal. Tant pour les séries que pour les films d’ailleurs. Côté audio, le lecteur musical de l’appareil se montre là encore excellent. D’ailleurs, on sent bien ici que Meizu était un spécialiste des lecteurs audio avant de se mettre à fabriquer des smartphones. Le rendu sonore de son MX4 s’avère à la fois puissant, équilibré et précis.

Verdict

À l’heure du choix, et sans prendre en considération son tarif, on ne peut que constater que le Meizu MX4 fait intrinsèquement un très bon smartphone haut de gamme. Bien sûr, on trouvera toujours chez la concurrence un modèle avec un écran un peu mieux défini, avec un processeur un peu plus puissant ou avec un appareil photo encore plus précis. Mais les différences sont minimes et le MX4 n’a pas à rougir de la comparaison avec les ténors du genre.

 

En revanche, ce qui n’a rien de minime, c’est la différence de tarif qui existe entre le Meizu MX4 et ses concurrents haut de gamme. Un écart d’autant plus surprenant que ce smartphone ne souffre d’aucun point faible rédhibitoire. De plus, les quelques défauts pointés çà et là, comme certains textes qui débordent dans l’interface, sont facilement corrigibles via une mise à jour. Même l’autonomie de l’appareil s’est montrée très bonne grâce à la batterie conséquente de 3100 mAh. Elle oscille entre une journée pleine – même en jouant et en regardant des vidéos – et deux jours, en se montrant un peu plus économe.

 

Le seul vrai point qui fâche à nos yeux vient de l’absence de lecteur de carte mémoire microSD. Mais avec 32 Go de mémoire interne, les amateurs de multimédias ne se sentiront pas non plus étranglés.

 

Au final, vous aurez donc bien compris qu’il faudrait être particulièrement difficile pour ne pas recommander ce Meizu MX 4.

 

 

 

Design et finitions
Prise en main et ergonomie
L’encombrement, par rapport à la taille de l’écran
Fluidité et réactivité de l’ensemble du système
L’écran, spacieux, bien défini et avec un rendu très propre
Capture de photos et de vidéos
Lecture audio
Lecture de vidéos

 

 

 

Une autonomie qui peut passer d’excellente à moyenne selon l’usage
Pas de batterie amovible
Pas de lecteur de carte microSD
Quelques soucis de lecture des options dans l’interface utilisateur
Le capteur photo frontal

 

meizu mx4Meizu MX4 32 GO Gris (329,90 euros)

 

  • Reply
    joseph
    19/11/2014 at 21 h 48 min

    bonjour, compatible 4G oui, mais laquelle ou quelles fréquences? merci.

  • Reply
    tinseau romain
    28/11/2014 at 18 h 38 min

    Est-ce que cette version est compatible avec la bande de fréquence 800Mhz (bande 20)?

Répondre à joseph Cancel Reply