Téléphonie mobile

Test Motorola Moto G : un rapport qualité/prix qui fera date

29/01/2014
test-motorola-moto-g-6-ok-e1394014356182

Les plus jeunes d’entre vous auront certainement du mal à y croire, mais Motorola était encore numéro deux mondial de la téléphonie mobile il y a moins de dix ans. Depuis, le fabricant américain a connu une véritable descente aux enfers, ponctuée par une scission de l’entreprise en 2010. Elle avait repris du poil de la bête ces dernières années, sans toutefois jamais retrouver son lustre d’antan. À tel point que Google a fini par racheter Motorola en 2012, pour la coquette somme de 12,5 milliards de dollars. Avant tout pour ses brevets puisque que Google a cédé ces jours-ci le constructeur américain à Lenovo. L’opération mettra quelques mois avant d’être finalisée mais il s’agit certainement de la meilleure des nouvelles pour Motorola. En effet, Lenovo n’en est pas à son coup d’essai en la matière puisqu’il avait déjà racheté la marque de PC ThinkPad à IBM en 2005. Une opération couronnée de succès puisqu’elle est depuis devenue l’une des plus vendue au monde.

Test Motorola Moto G : le déballage

Le Moto G que nous testons ici est le second sorti des usines du fabricant depuis son rachat, après le Moto X. Les deux modèles portent clairement l’empreinte du géant du web. Mais c’est bien le Moto G qui a le plus marqué les esprits, car il représente une véritable déclaration de guerre du couple Google/Motorola aux fabricants de smartphones dits low cost.

test-motorola-moto-g-7

Aucun constructeur de renom ne s’était aventuré jusqu’ici à proposer un smartphone au rapport qualité/prix aussi intéressant. Le Moto G dispose en effet d’un écran HD de 4,5 pouces, d’un processeur quadruple cœur Qualcomm Snapdragon 400 cadencé à 1,2 GHz, de 1 Go de mémoire vive, d’une puce graphique Adreno 305 d’un capteur de 5 mégapixels capable de filmer en HD 720p et de connectivités, 3G+ (jusqu’à 21 Mb/s), Wi-Fi b/g/n, Bluetooth 4.0 et GPS (A-GPS). La mémoire de stockage interne et de 8 ou 16 Go, selon le modèle choisi.

Design et prise en main

Sobre et efficace. Voilà les deux adjectifs les plus à même de qualifier le design de ce Moto G. Le look de l’appareil est en effet assez classique, avec des lignes pures, sans fioriture, et des bords légèrement arrondis. L’ensemble est si épuré qu’il en devient même élégant. Surtout que Motorola n’a pas lésiné sur la qualité du plastique de la coque. À tel point que l’appareil paraît même un peu lourd avec ses 143 g sur la balance. Toutefois, ce poids ne gêne en rien la prise en main. Au contraire, il participe même à donner une belle impression de robustesse à l’ensemble.

test-motorola-moto-g-5

Le dos légèrement courbé de l’appareil améliore encore une préhension déjà excellente du fait des dimensions très raisonnables du Moto G. Il est tout à fait possible de l’utiliser à une seule main dans la plupart des cas. Enfin, même s’il n’est pas le smartphone le plus fin du moment avec 11,6 mm d’épaisseur, il sait parfaitement se faire oublier dans une poche.

test-motorola-moto-g-4

OS, interface utilisateur et réactivité

Google ayant acquis Motorola, il est logique de constater que la version d’Android désormais présente dans les smartphones du constructeur américain est « pure », à l’image de ce que l’on trouve sur les Nexus. Le principal avantage est qu’aucune surcouche graphique ne vient ralentir le Moto G. Du coup, il offre une réactivité tout simplement irréprochable, ce qui est inédit pour un smartphone à ce niveau de prix. Il fait tourner sans faiblir tous les types d’applications, y compris les jeux en 3D les plus gourmands ! Il est par exemple possible de jouer en toute fluidité à des titres comme Dead Trigger 2 ou Asphalt 8 avec toutes les options poussées à fond.

test-motorola-moto-g-interface-jeux

Enfin, cerise sur le gâteau, le Moto G a déjà connu une mise à jour majeure après moins de deux mois d’existence. Sorti sous Android 4.3 Jelly Bean, il a été mis à jour vers 4.4 KitKat dès le début du mois de janvier. Google veille au grain.

Capture photo/vidéo

test-motorola-moto-g-8

Évidemment, pour proposer un smartphone doté d’un écran HD et d’un processeur quadruple coeur à ce tarif, Motorola a dû faire quelques concessions dans la fiche technique du Moto G. La plus notable est à aller chercher du côté du capteur photo de 5 mégapixels. Toutefois, même si des modèles plus huppés caracolent aujourd’hui à 20 ou même 41 mégapixels, une telle résolution de 5 mégapixels est déjà amplement suffisante pour la plupart des usages. Ce qui importe, c’est plutôt la qualité du rendu photographique. Et de ce point de vue, le Moto G s’en tire correctement. Bien sûr, il ne fait pas de miracle pour ce qui est du niveau de détails clairement perfectible de ses clichés. Mais la colorimétrie et la gestion des contrastes s’avèrent correctes. En somme, la qualité des photos est honorable tant que l’utilisateur ne zoome pas trop dedans.

Exemple de photo prise avec le Motorola Moto G.

Exemple de photo prise avec le Motorola Moto G.

Le constat est identique pour la capture de vidéo en HD 720p (1280 x 720 pixels).

Ecran et lecture multimédia

Ce qui rend le Moto G aussi exceptionnel pour son prix, c’est avant tout son écran HD de 4,5 pouces. Certes, les fabricants chinois proposent des smartphones dotés d’écran HD à ce tarif. Mais aucun n’atteint la qualité du rendu de celui de Motorola. En plus d’être bien défini, avec une densité de 326 pixels par pouce, il se paie le luxe d’afficher une excellente fidélité des couleurs, de très bons contrastes et une luminosité irréprochable. Un véritable sans-faute donc.

test-motorola-moto-g-interface-utilisateur-android-1

Avec une telle dalle, le Moto G fait un smartphone idéal pour la lecture de contenu multimédia. Même si son lecteur vidéo natif se montre un peu chiche en matière de compatibilité avec les formats vidéo, il suffit de télécharger l’une des nombreuses applications gratuites présentes sur Google Play pour être en mesure de lire tous les types de vidéos. Même les séries sous-titrées ne posent aucun problème sur ce bel écran.

Le lecteur musical n’offre pas le même niveau d’excellence. Son volume sonore est convenable, mais la plage dynamique se révèle relativement limitée. Le Moto G fait donc un baladeur audio correct, mais pas inoubliable.

Test Motorola Moto G : le verdict

test-motorola-moto-g-1

Entre son tarif très doux, sa relative compacité et ses performances étonnantes, le Moto G se destine à presque tous les publics. Du geek désireux de ne pas se ruiner à l’utilisateur moins intensif en passant par celles et ceux simplement à la recherche du meilleur rapport qualité/prix, le smartphone de Motorola fédère un large public. Surtout qu’il profite de fonctions téléphoniques honorables, avec une autonomie d’une grosse journée d’utilisation effrénée et d’une très bonne qualité audio en conversation.

Finalement, le seul véritable bémol de l’appareil est à mettre à l’actif de l’absence d’emplacement pour une carte mémoire microSD. De sorte qu’il ne reste que 5 Go disponibles pour l’utilisateur sur la version 8 Go du Moto G. Les férus de multimédias devront donc gérer le contenu de la mémoire interne assez souvent. Mais pour les autres, cela ne posera aucun problème.

LES
• Écran HD de très bonne qualité
• Fluidité et réactivité jamais pris en défaut
• Interface Android sans surcouche
• Design sobre et belle qualité de fabrication
• La lecture de vidéo

LES
• Pas de possibilité d’ajouter une carte microSD

Motorola Moto G

 

 

 

  • Reply
    wam69
    02/02/2014 at 19 h 15 min

    Pour moi le gros défaut de ce moto G, c’est que son écran de 4.5″ ne fait réellement que 4.3″, car la touche « home », »retour » et « app récente » utilisent 0.2″… Soit on a un écran final de 4.3″ ( je viens d’un wiko darkmoon avec un écran de 4.7″ mais ne fonctionnant pas correctement avec la sw2)……
    Par conte je tiens 2 jours en autonomie connecter a ma sw2 en bluetooth en jouant a pas mal de de jeux et la 3g/wifi toujours activer pour les jeux et les mails! Je fais un peu d’appel ( pas plus de 2/3h par jour) et je tiens du matin jusqu’au lendemain soir! Par contre une petite optimisation des app embarqué est nécessaire (en les désactivant via le menu des applis)

Ecrire un commentaire