ALERTE PAGE BLOQUEE

Pour ne pas heurter les âmes sensibles, cette page est bloquée par un mot de passe

Vous souhaitez quand même la consulter à vos risques et périls ? Nous vous invitons à chercher le mot de passe Twitter.

X Fermer

Retrouvez le mot de passe sur Twitter

  • Accueil
  • >> une courte histoire imaginaire

une courte histoire imaginaire

: 1 produit

Affiner votre recherche

  XAnnuler ce filtre Catégories

  • Livres (1)

XAnnuler ce filtre Options

  • En stock (1)

XAnnuler ce filtre Prix

  • De 20€ à 50€ (1)
  • OK

XAnnuler ce filtre Marque

  • Le Rocher (1)

XAnnuler ce filtre Marchands

  • Gallix-distribution (1)
Publicité
Liens Partenaires
Publicité

Autres sites du groupe

Set Me Free
Set Me Free
1996-1997 : Elliot Barrow a fondé une école au milieu d'une réserve indienne dans l'Oregon. Il a élevé seul sa fille Amelia, 17 ans, et dirige l'école de Ponderosa avec son ami Cal, un Indien de la région. Il décide de monter une pièce de Shakespeare et fait pour cela appel à Helen, sa première femme, qui est metteur en scène à New York. L'arrivée d'Helen provoque bien des questionnements. Amelia découvre cette femme dont son père ne lui a jamais parlé (comme il ne lui parle jamais de sa mère Astrid, dont elle sait juste qu'elle a disparu dans un incendie). Cal, lui, refuse cette "blanche" dans la crainte que Shakespeare soit hors de portée des élèves indiens de la réserve, et que cela se sache. Tous mettent un certain temps à s'apprivoiser et à se mettre au travail, mais la pièce est un succès. Mai 1997 : A l'est, dans le Connecticut, Nat révèle à sa fille Willa, 17 ans, qu'il doit l'emmener pour quelques jours dans l'ouest retrouver un certain Elliot Barrow, aujourd'hui mourant, afin de respecter la promesse faite à sa mère Caroline avant son décès. Willa accompagne son père sur les routes d'est en ouest et découvre petit à petit ce qu'il lui a caché pendant 17 ans : sa mère était membre d'un groupe d'activistes terroristes. Elle n'est pas morte dans un accident mais dans une explosion provoquée par une bombe qu'elle avait fabriquée. Willa cherche alors à savoir pourquoi sa mère a demandé à ce que Nat retrouve cet Elliot Barrow, directeur d'une école en Oregon. Son père finit par lui avouer que cet homme est celui pour qui elle l'avait quitté, celui avec qui elle avait une aventure. Au moment où Nat entend reparler d'Elliot et décide d'emmener sa fille à sa rencontre, ce dernier est à l'agonie, gravement brûlé suite à un incendie. Le récit alterne ces deux périodes, ce qui précède l'incendie et ce qui le suit. Le dénouement du livre survient alors que Willa et Nat arrivent à l'hôpital (mai 1997). Cal, à l'hôpital, confond Amelia avec Willa, on comprend alors que les filles sont jumelles. A fin du roman, les pièces du puzzle s'emboîtent et livrent le fin mot de l'histoire : Astrid, après avoir quitté Nat, est tombée enceinte d'Elliot, a donné naissance aux jumelles et a commencé alors à être de plus en plus impliquée dans les activités de son groupe. Elle a également quitté Elliot un beau jour, emmenant Willa avec elle et la laissant à Nat en lui demandant de l'élever. Peu après elle mourait à la suite d'une action terroriste. Mais Elliot ne pouvait rien faire ; dans un accès de colère elle n'avait déclaré qu'un seul bébé et la police ne voulait pas croire à l'existence d'un deuxième enfant. Une fois ces mystères résolus, tout ce monde se réunit dans un moment de pardon, autour du corps d'Elliot qui vit ses derniers instants entouré de sa "famille". Set me free est un roman qui se résume mal, notamment à cause de son intrigue échevelée certes mais tellement bien ficelée qu'on s'y laisse prendre. En lire un compte-rendu ne rend absolument pas compte de la qualité de la construction du livre : une narration polyphonique avec un repère : la voix de Cal, de courts chapitres (de quelques lignes parfois) qui révèlent la progression de l'histoire vécue par chacun des protagonistes, au jour le jour parfois, avec des dates qui s'échelonnent de l'automne 1996 au printemps 1997 et des "résumés" de l'intrigue sous forme de légendes indiennes qui reprennent les caractéristiques des personnages. Le rythme est enlevé, chaque chapitre crée une attente que seule la lecture du chapitre suivant peut assouvir. Pourtant, jusqu'à la fin le mystère reste entier. Le personnage de Cal est très intéressant : au-delà de son statut de narrateur principal, de maître du récit, il est l'indien élevé parmi les blancs qui ne trouve pas sa place, il vit les contradictions de sa vie, carrière, destinée comme une souffrance. Ami d'Elliot ("I knew I was his wingwam") et deuxième père d'Amelia ("godfather") il est bercé de spiritualité indienne et tente de combattre ses démons tout en acceptant enfin de se faire aimer en rencontrant Helen. Narrateur omniscient, sa voix ne s'éteint que pour mieux laisser s'exprimer celle de ses compagnons. Maître de cérémonie il permet de "ritualiser" l'intrigue et de donner à ce roman son suspense. Chacun des personnages a une réelle force narrative et une identité psychologique très forte. Chacun d'entre eux a un secret à découvrir ou à faire partager, une faute réelle ou imaginaire à se faire pardonner ; mais tout converge vers la résolution du mystère de la naissance d'Amelia. Set me free brasse des thèmes indémodables : la quête de l
Set Me Free

Set Me Free

1996-1997 : Elliot Barrow a fondé une école au milieu d'une réserve indienne dans l'Oregon. Il a élevé seul sa fille Amelia, 17 ans, et dirige l'école de Ponderosa avec son ami Cal, un..


Nos rayons : Littérature, SF & Policiers Romans
Tous les produits de la marque : Le Rocher
21,30 € HT 21,30 €
En Stock
 

Nos meilleurs résultats associés à « une courte histoire imaginaire » :
  • Romans (1)